DANS DANS… rencontre avec le trio





© Alex Schuurbiers



“Dans Dans” réunit trois des musiciens les plus actifs de la scène belge du moment : Bert Dockx (Flying Horseman et Ottla), Fred Lyenn Jacques (Lyenn) et Steven Cassiers (Dez Mona). Le nouvel album du trio « Zink » ouvre une nouvelle voie faite de compositions personnelles magnifiées par la reine du son Christine Verschorren. Rencontre avec le trio.




Comment s’est créée la spécificité du groupe « Dans Dans », ce mix de genres ?

Bert Dockx : Je pense qu’il y a deux choses importantes dans notre projet : d’abord, on ne pense pas en terme de genre, jazz, rock ou autre chose. Ensuite pour le style, c’est venu des trois personnalités qui chacune a apporté avec son instrument ses idées, son inspiration, et il y a une écoute mutuelle qu’on pratique depuis des années et qui a donné aujourd’hui un son bien à nous. C’est juste trois individus avec leur univers qui ont amené cette musique spécifique en suivant leur intuition. Il n’y a pas de référence à d’autres musique de manière consciente.


Il y a beaucoup d’images dans votre musique, comme des références à un univers cinématographique ?

Steven Cassiers : Pour ma part, je suis influencé par le son et moins par les images, je vais peu au cinéma. De mon côté, je n’ai pas besoin de cette référence visuelle pour jouer la musique.

Bert Dockx : Je suis plus fan de cinéma que Steven.  Fred est lui plus dans le monde du visuel. Selon notre caractère, nous partageons nos sensibilités, mais ce n’est pas quelque chose de conscient.

Fred Lyenn Jacques :  Les arts plastiques en général m’intéressent. Toute expérience créatrice a une influence sur la musique, on peut passer ses journées à chercher l’inspiration, mais il s’agit plus d’un paysage psychologique, on associe des images selon son vécu, l’implication émotionnelle passe par les images, mais ce n’est pas délibéré.

Bert Dockx : Si je parle de mon point de vue, je pense en images, c’est ainsi que mon cerveau marche. Quand les deux autres musiciens jouent, c’est plutôt abstrait, je le visualise, je place un nouveau son en réaction. L’image et le son sont pour moi liés.


Bert Dockx © Annie Boedt


Cet album est aussi le premier entièrement constitué de compositions personnelles.

Bert Dockx : Nous jouions beaucoup de reprises, en effet. C’est la première fois que l’album ne comporte que des compositions à nous, c’est une évolution depuis le premier album. Sur le premier, il y avait juste un morceau à nous, on jouait des morceaux de Monk, Mingus… Nos premières compositions c’était souvent des idées de Fred ou de moi, mais maintenant les morceaux sont créés ensemble, c’est un travail collectif.


La présence de Christine Verschorren est quelque chose qui a influencé votre son ? La fluidité de la musique ?

Bert Dockx : Sur chaque album, on a enregistré live. Sur ce nouvel album, 90% est du live, mais je suis sûr que l’auditeur a l’impression du contraire. Par exemple, Fred parvient à jouer plusieurs choses en même temps, moi j’utilise des cassettes, mais c’est en live, Steven ajoute des synthés, mais c’est aussi en live.

Fred Lyenn Jacques : Christine a une façon de travailler particulière, elle place énormément de micros pendant la prise, parce qu’elle joue avec l’air, avec le son, dans l’espace. Durant le mix, elle capte la physicalité de la musique de façon très particulière. Ca contribue beaucoup au son de l’album. Pendant la prise de son, Il y a une recherche qui est subliminale et qui est intrinsèque au son. Plusieurs fois, Christine a spécifié qu’elle cherchait à évoquer notre interaction à un niveau atomique presque. Je crois qu’elle a très bien réussi à faire ça. Il s’agit de transmettre l’évocation d’une interaction, plus que de sortir des détails.

Bert Dockx : Je suis tout à fait d’accord. Elle a beaucoup influencé la façon dont évoluait le live. Elle est attentive à des choses très subtiles. Pour un morceau, j’ai utilisé plusieurs guitares de façon improvisée sur certains passages sans savoir ce qu’elle allait faire avec, et les choix qu’elle a faits sont très précis. Elle a clairement ajouté un supplément aux compositions.

Steven Cassiers : Je voudrais ajouter que tout ce que Christine ajoute reste très fidèle au son d’ensemble du groupe, ce qui ne s’entend pas nécessairement quand on écoute l’album, mais c’est bien là.


Les différences d’intensité ainsi que la fluidité dans la musique créent aussi une sorte de dramaturgie.

Bert Dockx : Il y a les deux. Personnellement, je suis très fier de cet aspect sur cet album. Avant que Christine ne soit là, nous avions déjà beaucoup travaillé sur chaque morceau séparément pour avoir un ensemble de sons qui aient une identité spécifique, tout en veillant à ce que le tout soit cohérent. Après, Christine est venue et a encore poussé ces choses qu’on avait développé et amené le tout à un niveau plus haut, le son de la batterie a un sens, chaque son séparément a une importance. Dans ce sens, elle a été la bonne personne au bon moment. C’est lié au fait qu’il y a moins d’effet jam, il y a plus de communication sur cet album, sans dénigrer ce qu’on a fait avant, il y a ici moins de notes, moins de gestes, ça a un sens.


Avez-vous des retours différents en Flandre et en Wallonie ?

Bert Dockx : Que ce soit en Flandre ou en Wallonie, on a un mix de retour et je trouve ça super. Il y a des gens qui sont de vrais auditeurs, qui écoutent notre musique en y détectant les subtilités, il y en a d’autres qui apprécient le paysage sonore qui se dégage, il y a ceux qui aiment le côté plus rock, ou plus électronique, on a de tout. Mais on a moins de connexions, moins de presse du côté francophone.

Fred Lyenn Jacques : On a tout de même quelques journalistes francophones intéressés par « Dans Dans » mais ça reste compliqué ; l’impression générale c’est que la presse francophone est plus réticente vis-à-vis des groupes de Flandre.

Bert Dockx : Mes expériences de concerts en Wallonie ont toujours été super, c’est souvent très chaud, très réceptif. Je me souviens de ce super concert de Ottla en Gaume, c’était génial. Mais c’est clair qu’on aimerait en avoir plus...



Propos recueillis par Jean-Pierre Goffin  -  photos © Annie Boedt / Geert Vandepoele / Alex Schuurbiers

Une collaboration Jazz’halo / JazzMania

 




Dans Dans - ZINK
Unday Records

 


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst