Youn Sun Nah - Waking World

Youn Sun Nah  - Waking World

Y

Warner Music

Youn Sun Nah en expliquera les raisons dans son interview, voici un album de la chanteuse coréenne comme on pouvait le pressentir un jour ou l’autre.

Car si Youn Sun Nah a démontré à de multiples occasions qu’elle était une voix exceptionnelle, elle a toujours donné l’impression d’en douter un peu elle-même. Alors, sortir un album au répertoire écrit de sa plume d’A à Z a dû demander un dépassement de soi qu’on peut imaginer. Interprète magistrale de Scriabine ou d’Albéniz, de Joni Mitchell ou Jimi Hendrix, d’un traditionnel coréen ou irlandais, de pièces techniquement brillantissimes comme « Moment Magico » ou de ballades au lyrisme à fleur de peau comme « No Other Names », Youn Sun Nah s’était déjà frottée à la composition – le superbe « Lament » de l’album « Lento ».

De là à écrire un album complet, il y a un pas que la chanteuse a franchi avec autant de réussite que pour ses albums précédents, mais en se consacrant principalement sur l’intériorité des dialogues avec elle-même, avec ses craintes et ses questionnements, ses douleurs et ses joies.

Composé en Corée et enregistré à Paris « Waking World » est une sorte de portrait intime où Youn sun Nah se révèle comme elle ne l’a jamais fait : une chanson pour sa mère, un souvenir de voyage à Las Vegas, le confinement, les craintes d’un monde qui se ferme, autant de thématiques inspirées par deux douloureuses années d’isolement.

Pour habiller ses textes, Youn Sun Nah n’a pas cherché l’explosivité des albums précédents – déjà moins marquée dans « Immersion » - mais s’est voulue en accord avec ses état d’âmes : des effets électro discrets, un accompagnement subtil où le sonorités d’Airelle Besson collent parfaitement au propos, une atmosphère intime qui marque l’ensemble de l’album d’une cohérence parfaite de bout en bout.

Sans doute les chagrineurs diront que ce n’est pas du jazz – mais les albums précédents en étaient-ils vraiment ? -, et bien oui, Youn Sun Nah touche plutôt au monde de la pop mais avec une élégance rare, une recherche dans les arrangements et une profondeur dans les textes qui touche au blues… Et le blues, n’est-ce pas déjà du jazz ?

Texte © Jean-Pierre Goffin  -  photo de la couverture © Sung Yull Nah
Une collaboration JazzMania / Jazz'halo




Musiciens :

Airelle Besson - flugelhorn, trumpet
Guillaume Latil
- cello
Héloise Lefebvre
- violin
Thomas Naïm
- banjo, guitar (acoustic), guitar (electric)
Xavier Tribolet
- drums, organ, percussion, piano, piano (electric), synthesizer
Laurent Vernerey - bass (acoustic), bass (electric)
Youn Sun Nah - arranger, composer, lyricist, producer, programming


In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst