David Murray : Brave New World Trio - Seriana Promethea

David Murray : Brave New World Trio - Seriana Promethea

D

Intakt

On avait déjà entendu David Murray en solo (album ‘Solo Live’ en 1997, concert à la galerie Arthome et interview pour le magazine Jazzaround), en duo avec Mal Waldron ou Dave Burrell, en quartet avec McCoy Tyner ou Bobby Few, en quintet, en octet, à la tête de son Big Band.

Le voici  en novembre 2020, en trio, la formule qui, selon lui, lui permet d'exprimer au mieux sa personnalité, l'éventail de ses potentialités.

En 2020, il se retrouve en Italie, son agent milanaise, Ludmilla Faccenda lui propose de contacter un batteur installé alors à Milan, Hamid Drake qui a croisé la crème des saxophonistes américains, de Pharoah Sanders à Charlie Gayle, Joe McPhee ou Assif Tsahar et que Murray a croisé en concert.

A la contrebasse, elle propose Brad Jones installé à Venise et qui a croisé Dave Liebman.

Le Brave New World Trio est fondé en novembre 2020, après des mois de confinement, et se produit à de multiples reprises (vidéo) avant d'entrer en studio à Zurich pour le label Intakt. Au répertoire, huit compositions originales de Murray qui balaient tout son univers, ses différentes passions.

L'album s'ouvre sur ‘Seriana Promethea’, la seule pièce jouée à la clarinette basse, l'occasion d'exprimer son attachements aux racines, en parfaite communion avec batterie et contrebasse.  ‘Suit Necktar’, au ténor, une composition déjà jouée avec son octet. Sa ballade ‘Metouka Shell’ commence par une intro de contrebasse jouée à l'archet puis en pizzicato et débouche sur la sonorité chaude du ténor qu'on retrouve sur ‘Rainbow for Julia’, un thème dédié à sa belle-fille. ‘Switching' in the kitchen’ adopte un rythme aux accents latins, joué sur tempo vif. ‘Anita and Annita’, sorte de rumba, repose sur de multiples changements de rythme.  ‘If you want to stay’, la contrebasse introduit le ténor qui opte pour un registre aigu. ‘Am gone get some’ marque un retour aux racines, avec un jeu nerveux galvanisé par le jeu dense de la batterie.

On retrouve David Murray au mieux de sa forme.

© Claude Loxhay
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst