Christian McBride & Inside Straight - Live at the Village Vanguard

Christian McBride & Inside Straight - Live at the Village Vanguard

C

Mack Avenue/Newartsint.

Révélé aux côtés d’aussi illustres bands que ceux de Pat Metheny ou Joshua Redman (souvenir d’un concert au Forum de Liège avec aussi Roy Haynes), Christian McBride a très tôt été considéré comme un des meilleurs contrebassistes de jazz toutes générations confondues, élevé au rang de successeur de Ray Brown.

Non seulement McBride tournait avec les meilleurs musiciens de straight jazz, mais il s’est aussi révélé comme un explorateur de tous les styles : le funk avec James Brown, le jazz électrique avec Chick Corea et John McLaughlin, la musique contemporaine avec Uri Caine, le rock avec Sting, le big band, sans oublier son engagement social avec « The Movement Revisited », portrait musical de quatre icones de la culture noire américaine, Rosa Parks, Malcolm X, Muhammad Ali et Martin Luther King.

Ce parcours, Christian McBride l’évoque dans son long texte de pochette, argumentant ses choix passés tout comme son retour à la formule « jazz pur » avec ses nombreux concerts au Village Vanguard depuis le jour où il s’est rendu compte qu’il n’y avait plus joué depuis neuf ans ! Et lorsqu’il en a parlé à Lorraine Gordon, la réponse a fusé : « Bien sûr (tu peux venir) ! Mais n’amène pas ce rock band avec lequel tu joues ! »

Message compris : le contrebassiste réunit Steve Wilson (alto & ténor), Eric Reed (piano), Carl Allen (drums) et Warren Wolf (vibraphone) pour son retour dans le club de Greenwich Village, où il se produit désormais chaque mois de décembre avec son « Inside Straight », avec pour seul changement la présence de Peter Martin au piano à la place de Eric Reed.

Voilà bien du jazz de haut vol et dans la tradition que ces sept compositions partagées entre le contrebassiste, Warren Wolf et Steve  Wilson – le superbe « Ms Angelou », hommage à l’écrivaine Maya Angelou, figure du mouvement de défense des droits civiques aux Etats-Unis. Ça swingue de bout en bout avec une note spéciale pour le bouillant « Stick & Move » en clôture et son fantastique quatre-quatre entre le contrebassiste et Carl Allen, aussi pour les solos enflammés de Warren Wolf et l’accompagnement imparable de Peter Martin, pianiste qu’on avait déjà découvert au même endroit vingt ans plus tôt aux côtés de Joshua Redman.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst