Camille-Alban Spreng : Odil – Something

Camille-Alban Spreng : Odil – Something

C

QFTF Records

ODIL, c’est une formation étrange : deux pianos (l’un troqué sur certains morceaux contre un Fender Rhodes distordu), une batterie, un saxophone alto.

Mais ODIL, c’est aussi un personnage, un expérimentateur fou en short, qui con-serve ses lunettes de soleil malgré la nuit. ODIL, c’est une musique compacte, résolument jazz, mais prenant la liberté de se laisser chavirer entre minimalisme, esquisses free, patterns polirythmiques et instants plus lyrique.

ODIL, l’explorateur en basket, voit germer dans sa tête, des centaines de bonnes idées, qu’il intercepte pour les manger avec avidité, comme des popcorns sonores, des space cakes verts, bleus, gris, puis les recrache pour en ingérer d’autres, tout en conti-nuant de marcher.

Car la musique écrite par Camille-Alban Spreng, ne cesse d’aller de l’avant. Riche, complexe et pourtant directe, jamais elle ne s’appesantit, fuyant peut-être presque sa propre singularité, s’asphyxiant de sa propre profusion. Ce qu’elle affirme d’un coup de poing de la main gauche, elle l’efface juste après avec la douceur d’une caresse, de la main droite.

En conséquence, les paysages qu’ODIL, le savant farceur, traverse tout au long de ces trente-cinq minutes sont assez insaisissables ; ils ont la constance d’une boule à facettes. On voit les éclats, on entend les résonnances, mais le cœur est enfoui et tourne, interdit. On devine les mélodies (presque sur le bout des lèvres), mais où commence le ciel, l’émerveillement ? Et comment est arrivée cette désolation ? Ces falaises chargées de rage soudainement apparues ? Les arrangements ne tranchent pas. Le son d’un groupe de musiciens qui fait bloc, non plus, loin des démonstrations gratuites.

Il serait tentant d’avancer que cette musique est dans l’air du temps. Savante, éner-gique, décomplexée et suave, mais ce serait manquer l’essentiel : ODIL a quelque chose à dire, et il le dit bien. Espérons qu’il continuera son chemin pour nous aider à déchiffrer son chant.

Maxime Coton

 

Camille-Alban Spreng piano, keyboards
Geoffrey Fiorese keyboards, piano
Tom Bourgeois alto/tenor saxophone, bass clarinet
Paul Berne drums

All compositions and arrangements by Camille-Alban Spreng.
Produced by Camille-Alban Spreng and QFTF.
Recorded, mixed and mastered by Vincent de Bast at Gam Studio, Waimes, Belgium


In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst