ORBIT - in-visibility

ORBIT - in-visibility

O

YOLK Music

L’histoire du trio débute à l’Europa Jazz Festival du Mans en 2016 et le premier album décolle en 2019 : « Orbit », c’est le nom du trio, trois satellites essentiels de la musique européenne et au-delà, avec le batteur Tom Rainey (souvenez-vous d’un mémorable concert réunissant Nels Cline et Julian Lage au Mithra Jazz, et, pour les anciens « The Chromatic Persuaders » au « Lion s’Envoile » en… 1998 !). C’est dire si l’homme a une expérience sans nom des formations libres et improvisées. A la contrebasse, Sébastien Boisseau – vu souvent dans l’équipe de Mâäk de Laurent Blondiau – fantastique contrebassiste passé par les cordes avec Jean-François Jenny-Clarke, et dans le « Baby Boom » de Daniel Humair.

« Orbit » définit à la fois l’inspiration et le nom du groupe : « Oliva-Rainey-Boisseau International Trio », mais on peut y voir aussi  la composition peu connue « Orbit » de Bill Evans, une des influences majeures de Stéphane Oliva – à ce sujet, l’album « Interieur Nuit » enregistré il y a vingt ans avec Paul Motian et Bruno Chevillon, reste une référence du piano trio dans ma cédéthèque. « in-visibility », le nouvel album du trio se clôture avec cette composition de Bill Evans, comme une signature.

« L’Observatoire » ouvre l’album comme une recherche d’étoiles de plus en plus lointaines, une composition partagée entre les trois musiciens. « Extérieur Nuit » s’échappe sur un solo de Rainey. « Black Matter » et son intro légère comme une pièce de Satie, joue sur l’apaisement, la quiétude d’une douce vibration astrale, alors que « Puls Art » nous emmène dans le chaos d’espaces encombrés de déchets spatiaux.

Tout ceci n’est qu’impression, ressenti, car la musique du trio joue essentiellement sur cela : notre perception d’une musique à la fois puissante – autant dans ses moments de douceur que dans ses envolées plus énigmatiques – et mystérieuse. Il faut pour cela écouter toute l’élégance du jeu de batterie de Tom Rainey, la gravité profonde comme une pulsion continue de la contrebasse de Sébastien Boisseau, la façon dont Stéphane Oliva crée des images subtiles dans sa musique. Si loin dans l’univers, mais si proche dans sa lecture, la musique du trio sonne comme l’évidence d’un trialogue permanent, à la fois subtil et lisible, aucun intellectualisme suffisant, mais un ressenti permanent d’une complicité sincère.

© Jean-Pierre Goffin
Un collaboration JazzMania / Jazz’halo


In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Philippe De Cleen
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst