Marquis Hill - New Gospel Revisited (jpg)

Marquis Hill - New Gospel Revisited (jpg)

M

Edition Records

Natif de Chicago âgé de trente-cinq ans, le trompettiste Marquis Hill est encore peu connu chez nous bien qu’il ait déjà une dizaine d’albums à son actif.

Il fait la totalité de ses études musicales à Chicago en débutant par la batterie et c’est un album de Lee Morgan qui le dirige définitivement vers la trompette. Il joue avec tous les musiciens du milieu de la « windy city », y écume les clubs et développe un style personnel qui touchant surtout au jazz pur, ne néglige pas la soul, le hip hop et d’autres influences encore.

En 2011, il sort « New Gospel » et c’est sur le répertoire de cet album qu’il se produit au « Constellation » de Chicago huit ans plus tard, mais avec un line-up entièrement modifié : partenaire de Chris Potter, de Pat Metheny ou de Jeff Tain Watts, on trouve ici James Francies au piano; au sax-ténor, Walter Smith III est un accompagnateur régulier de Eric Harland, Christian Scott ou Ambrose Akinmusire; Joel Ross a de son côté déjà enregistré aux côtés de Trombone Shorty, Ethan Iverson ou Gerald Clayton; Harish Raghavan  fait partie du quintet d’Ambrose Akinmusire qu’on a vu à Liège au Mithra Jazz il y a quatre ans; enfin, Kendrick Scottest, un de ces batteurs parmi les plus demandés de la scène jazz américaine ayant enregistré entre autres aux côtés de Terence Blanchard ou Gretchen Parlato.

Un line-up d’enfer pour un enregistrement live qui révèle toutes les qualités de ce sextet formidable. Avec « Law & Order », l’album débute sur un tempo enlevé où déjà l’énergie et l’invention des solistes laissent rêveur avec de prodigiuses envolées de Joel Ross et James Francies. Si le leader navigue entre la virtuosité d’un Clifford Brown et la chaleur d’un Lee Morgan, on ne peut s’empêcher de penser à la générosité et la créativité d’un Roy Hargrove. La légèreté de Joel Ross atteint son paroxysme sur « Lullaby » avec une improvisation éthérée en introduction de la ballade « Autumn » à la trompette bouchée.

Marquis Hill n’est pas du genre à tirer la couverture à lui et laisse un bel espace à ses musiciens comme le bien nommé « Walter Speaks » pour le saxophoniste, « Oracle » featuring Kendrick Scott, « Perpetual » pour Harish Raghavan et le final « Farewell » pour James Francies.

Un album enthousiasmant, véritable joyau de jazz moderne mais intimement lié à la tradition.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst