Manu Hermia - Freetet (cl)

Manu Hermia - Freetet (cl)

M

Igloo

Après avoir fait partie de l'Orchestra Nazionale della Luna, avec le claviériste finlandais Kari Ikonen (premier album en 2016 puis « There's still live on earth » en 2020) et d'un trio franco-belge avec le violoncelliste Valentin Ceccaldi et le percussionniste Sylvain Darrifourcq (« God at the casino », « Kaiju eats cheeseburgers »), Manuel Hermia a décidé de rejouer avec la rythmique de l'album « Austerity, and what about rage », soit le contrebassiste sarde Manolo Cabras et le percussionniste portugais João Lobo et de revenir à la thématique d'Austerity: une révolte face à la société consumériste actuelle.

"En 2021, face au capitalisme sauvage, à l'urgence écologique, à l'intelligence artificielle, à tant de disruptions engendrant des changements trop rapides... Quel sens peut avoir le mot "liberté"? Le jazz a toujours constitué un vrai modèle social en terme de prise de liberté."  (livret) 

Pour ce nouveau projet, Manu Hermia a décidé de se présenter en quintet à trois souffleurs.

Aux côtés de ses saxophones alto et ténor,  la trompette, Jean-Paul Estiévenart dont on ne compte plus les sollicitations: Urbex d'Antoine Pierre, Gros Cube du Français Alban Darche, MikMâäk, Rêve d'éléphant Orchestra, Jazz Station Big Band, sans compter ses albums personnels: « Wanted » avec l'Espagnol Perico Sambeat en invité, « Behind the darkness » et « Strange Bird » avec le Français Romain Pilon à la guitare.

Au trombone le Suisse Samuel Blaser, qui a étudié au College Conservatory of Music de New York.. Basé à Berlin depuis 2009, il a beaucoup joué avec le guitariste français Marc Ducret (album « Voyageurs » en duo, « Moods » en quartet), il a fait partie de Vienna Art Orchestra comme du trio Humair/Kanzig/Blaser et a beaucoup joué en duo, avec le percussionniste suisse Pierre Favre ou l'Américain Gerry Hemingway.

Tout au long de l'album, Manu Hermia est parti "à la recherche d'un point d'équilibre musical entre une liberté individuelle et collective". De l'interactivité entre les individualités, peuvent naître des strates mélodiques jouées en commun. C'est le cas de ‘Serial Joker’ qui ouvre l'album: Après un beau passage de walking basse, trompette bouchée à la sonorité ouatée, trombone aux tonalités plus graves et puis saxophone se succèdent individuellement mais avec une interactivité d'où émerge une mélodie jouée en commun.

Au répertoire, huit compositions originales et la reprise de ‘Le Temps des cerises’, chant de la Commune de Paris, qui est traité comme un hymne presque solennel, un peu à la manière de ce que Charlie Haden avait fait avec son Liberation Music Orchestra pour sa reprise des chants révolutionnaires espagnols de l'époque de la guerre civile (‘The ballad of the fallen’).

Si Manu Hermia s'inscrit ici dans une démarche à orientation "free", pas pour autant une succession de rythmes endiablés ou de sonorités stridentes, à la différence du trio avec Darrifourcq et Ceccaldi. Si ‘Ze Theme’, dédié à la composition de Miles, se développe sur un tempo effréné avec saxophone alto voltigeur, d'autres compositions se déploient sur des rythmes plus apaisés, comme ‘Schisme’; ‘Hidden codes’, avec beau passage de trombone et trompette bouchée; ou ce ‘Stuck between those we love’ qui se développe comme un semblant de ballade.

La rythmique est largement sollicitée avec de beaux passages de contrebasse comme ‘Scent of a trio’ et le jeu percussif de João avec crissements de cymbales.

Une nouvelle étape passionnante dans la carrière foisonnante du natif de Rocourt.

© Claude Loxhay
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst