Lorenzo Di Maio - Arco (cl)

Lorenzo Di Maio - Arco (cl)

L

Igloo

Après des débuts rock, le guitariste Lorenzo Di Maio a décidé de se consacrer au jazz après avoir suivi des stages avec Paolo Radoni et Paolo Loveri.

En parallèle avec ses études au Conservatoire de Bruxelles, il a fondé, en 2008, avec Jean-Paul Estiévenart, le quartet ‘4 in 1’, déjà avec Sam Gerstmans à la contrebasse. Il a fait partie du quintet de Fabrice Alleman comme de celui de Sal La Rocca (‘It could be the end’), il a accompagné Chrystel Wautier (‘The stolen book’) et participé au groupe Next.Ape d'Antoine Pierre, avec le Hongroise Veronika Harcsa au chant. En 2016, il sort l'album ‘Black Rainbow’, avec Jean-Paul Estiévenart, Nicola Andrioli et Antoine Pierre.

Pour ce deuxième album personnel, il retrouve Sam Gerstmans à la contrebasse et Antoine Pierre à la batterie. Par ailleurs, il a décidé de joindre à ce trio très soudé un quatuor à cordes, l'Ensemble UFO: aux violons, on retrouve Maritsa Ney de l'Orchestre de l'Opéra de Liège et Martin Lauwers de l'Orchestre Vivo de Garrett List et du projet ‘Lagune’ de Jean-François Foliez; à l'alto, Marie Ghitta qui fait partie du Double Quartet de la trompettiste Pauline Leblond; au violoncelle, Marine Horbaczewski, du trio avec Michel Massot et Tuur Florizoone, du quartet Wang Wei de Manu Baily et du Harvest Group de Guillaume Vierset.

Les arrangements du quatuor ont été confiés à Fabian Fiorini, complice fidèle d'Aka Moon.

Au répertoire, huit compositions originales et ‘Line Up’ de Lennie Tristano. Deux plages sont centrées sur le trio: la ballade ‘3 février’ avec un beau dialogue entre guitare et contrebasse ainsi que ‘Zara et Carlos’, à la mélodie sautillante. Les autres plages proposent de beaux échanges entre le trio et le quatuor.

Plusieurs compositions sont introduites par les cordes (‘Elia’, ‘No more samba’) avant de s'ouvrir sur de vigoureux échanges entre guitare et cordes (‘Mela’, ‘Line Up’). D'autres compositions se développent comme des ballades très lyriques (‘Elia’, ‘3 février’, ‘The end and the beginning’). ‘Blue Stream’ s'ouvre de manière très bluesy, avec un beau solo de contrebasse tandis que, sous l'impulsion galvanisante de la batterie,’ Looking for the beast’ se développe sur des sonorités rock très vigoureuses.

L'osmose entre le trio et les cordes est très réussie.

© Claude Loxhay
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo




In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst