Julian Lage Trio - Squint

Julian Lage Trio - Squint

J

Blue Note / Universal

Dire que le guitariste nous a séduit avec son album « Love Hurts » (Mack Avenue) et que ce nouveau trio (Dave King à la batterie et Jorge Roeder à la contrebasse) s’est installé parmi les révélations de ces dernières années est une chose. Encore fallait-il confirmer : c’est chose faite et de quelle manière avec « Squint », premier album du trio pour le label Blue Note.

Si seulement deux titres étaient de la plume du guitariste sur « Love Hurts », une reprise sur les onze titres de l’album illumine le répertoire et le choix n’est pas sans pertinence : « Emily » de Johnny Mandel et John Mercer était un des thèmes préférés du pianiste Bill Evans et lorsqu’on écoute Julian Lage, on peut sentir à la fluidité et au romantisme de son jeu combien il est proche d’Evans.

Une deuxième reprise clôt l’album dans l’esprit de la musique country, « Call of the Canyon » de Billy Hill. Cette facilité d’un jeu qui semble couler de source, on la ressent dès « Etude », une pièce où le vertige technique se fond dans l’aisance du flux du guitariste. « Boo’s Blues » trempe dans les racines profondes de la musique américaine sur un tempo medium où la fluidité ressort à tout moment, et Lage se montre autant d’un lyrisme poignant sur une composition comme « Day & Age » que dans le thème evansien.

« Squint » qui donne son titre à l’album est un parfait condensé de ce qu’on attend sur le label Blue Note : tradition, invention, spontanéité et interaction d’un trio tel qu’on l’a entendu à l’époque d’un Barney Kessel. « Quiet like a Fuse » débute par une merveille d’intro en solo avant que le thème quasi familier dès la première écoute est soutenu par une rythmique d’une délicate discrétion.

Entre jazz, country, blues et rock, le trio développe un son original qui encore plus que sur « Love Hurts » élargit les territoires d’inspiration de Julian Lage : on pense parfois à Wes Montgomery, surtout à Bill Frisell dans l’approche de la tradition musicale américaine et dans les sonorités sur « Day & Age », à l’influence du blues, de Muddy Waters ou de BB King dont Julian Lage nous parlait dans une interview au « Leuven Jazz » pour la sortie de « Love Hurts ».

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo





Musiciens :

Julian Lage : guitare
Jorge Roeder : contrebasse
Dave King : batterie


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst