John Coltrane - A Love Supreme Live at Seattle

John Coltrane - A Love Supreme Live at Seattle

J

Impulse/Universal

L’enregistrement en studio de « A Love Supreme » en décembre 1964 est sans aucun doute à marquer en lettres capitales dans l’Histoire du jazz. John Coltrane enregistre ce qui deviendra vite un des disques majeurs du jazz, une « suite » en quatre mouvements avec son fidèle quartet : McCoy Tyner au piano, Jimmy Garrisson à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie.

Coltrane aurait écrit « A Love Supreme » après une « révélation » et est décrit comme une prière et à coup sûr une œuvre spirituelle. A ce jour, seul la version en public du Festival d’Antibes en 1965 était connue et publiée. Ce qui rend ce « Live in Seattle » exceptionnel, encore plus si on y ajoute que le quartet se transforme ici en septet avec la participation de Pharaoh Sanders au ténor et percussions, Carlos Ward à l’alto et Donald Rafael Garrett à la contrebasse.

A Seattle, « The Penthouse » est le club qui accueille les vedettes de passage – Chick Corea, Roland Kirk,… - mais la venue du quartet de Coltrane est expliqué comme quelque chose de spécial par le propriétaire du club : « Ce sera comme quelque chose que vous n’avez jamais entendu… le jazz moderne doit aller dans de nouvelles directions. Ceci est la voie de Coltrane : prendre quelques notes et être libre. Peut-être n’est-ce pas la voie que le jazz prendra, peut-être que si. De toute façon, c’est une expérience ».

Dans le cadre d’un club, on pouvait s’attendre à ce que les quatre mouvements s’étirent dans de longues improvisations : de la version  studio d’un peu plus d’une demi-heure, on passe ici à cinquante-six minutes pour « Ackowledgement », « Resolution », « Pursuance » et « Psalm » auxquelles on ajoute  quatre interludes de respectivement 2:36, 6:26, 6:38 et 7:21, le premier étant une partie solo par les deux contrebassistes avant que, après cinq minutes, Coltrane cite le thème de l‘album studio.

Comme on peut l’imaginer en club, les versions des thèmes s’allongent et laissent place à une improvisation totale où Pharaoh Sanders et Carlos Ward se plongent avec force, occultant le versant religieux de la version studio pour faire place à des instants de furie musicale. Et la longue prière de l’enregistrement original se limite ici à quelques mots du saxophoniste.

Certes, le son n’est pas toujours idéal malgré le gros travail réalisé par l’ingénieur Kevin Reeves : l’enregistrement réalisé avec seulement deux micros, l’un pour le piano, l’autre pour les souffleurs, fait que la batterie d’Elvin Jones domine étant prise entre deux feux. Mais a-t-on jamais reproché au mythique « Live at the Village Vanguard » d’être de médiocre qualité ? Retrouvé dans les archives de Joe Brazil en 2013, on aura donc attendu les 60 ans du label Impulse pour ainsi compléter l’Histoire de cette composition majeure de Coltrane.

L’événement ne laissera pas indifférent les fans du saxophoniste.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst