Joachim Kühn - Touch the Light

Joachim Kühn  - Touch the Light

J

ACT Records / Newartsint.

Le texte de pochette nous apprend que lorsque Siggi Loch proposa à Joachim Kühn d’enregistrer un album de ballades, celui-ci lui répondit : « Peut-être quand j’aurai nonante ans… »

Quelle chance nous avons que le pianiste rebelle n’ait pas attendu quinze longues années avant de se lancer dans l’exercice de la ballade en solo. C’est sur son Steinway dans sa maison d’Ibiza que Joachim Kühn s’est lancé quinze mois durant dans l’enregistrement d’une quarantaine de pièces qu’il envoya à Siggi Loch. De ce travail de longue haleine, restent treize ballades dont certaines sont de véritables points de repère ou plus justement des moments-phares de sa carrière.

Ainsi « A Remark You Made » de Joe Zawinul rappelle la participation de ce dernier au jury de la « Gulda Competition » en 1966 à Vienne qui a permis l’ouverture à l’Ouest pour Kühn, et le développement de la carrière que l’on sait. « Last Tango in Paris », la musique du sulfureux film de Bertolucci, faisait partie du répertoire du trio du pianiste avec Daniel Humair et Jean-François Jenny-Clarke, une musique que Kühn eut le privilège de créer avec Gato Barbieri. L’Allegretto de la 7e symphonie de Beethoven révèle l’attirance du pianiste pour la musique du compositeur allemand, et se réfère aussi à son surnom vu sa ressemblance avec le génie de Bonn.

Joachim Kühn a choisi un répertoire d’une grande diversité dont le point commun est sans doute la lecture quasi romantique qu’il en fait. Outre les classiques « Peace Piece » de Bill Evans et « Stardust » de Hoagy Carmichael, il y a une version intériorisée de « Warm Canto » en ouverture, composition de Mal Waldron sur l’album « The Quest » avec Eric Dolphy. On découvre avec ravissement les présences de Prince (l’inusable « Purple Rain »), Bob Marley (« Redemption Song »),  « Fever », « Blue Velvet » dont les versions notamment de Tony Bennett à Lana Del Rey ne se comptent plus ou encore Milton Nascimento et « Ponta de Areia ».

Tous des thèmes qui brillent par l’introspection qu’y a mis le pianiste, entre sombre atmosphère de recueillement et romantisme contenu, aussi par la mise en scène du répertoire : enchainer Mal Waldron et Beethoven peut paraître incongru, mais ici sonne avec évidence. La tristesse de « Sintra », comme un fado, parait tel un miroir de la composition de Milton Nascimento qui le suit. Alors que « Fever » est rendu avec une espièglerie sautillante, « Blue Velvet », « Stardust », «Purple Rain » et « Last Tango in Paris » nous remettent sur le chemin de la rêverie. Avec « Peace Piece », le rideau tombe comme il s’était levé, dans la profondeur des graves et le cristal des notes de la main droite.

Loin des musiques plus radicales que nous avait proposées Kühn dans une grande partie de sa discographie, ce nouvel opus apparait comme le reflet en solo de ces derniers albums « Beauty and Truth » et « Love & Peace » en trio avec sa nouvelle jeune équipe composée de Eric Schaefer et Chris Jennings où déjà le reggae et l’influences pop-rock étaient prégnantes. On a le sentiment que cette très longue période de confinement où les musiciens se retrouvent seuls face à leur instrument a créé un profond besoin d’intériorité dans leur expression, c’est sans doute le cas pour ce nouvel album de Joachim Kühn, un moment de grâce et de rêverie à vous faire craquer.

© Jean-Pierre Goffin
une collaboration JazzAround/Jazz’halo



In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst