Jimmy Greene - While Looking Up

Jimmy Greene - While Looking Up

J

Mack Avenue/Newartsint.

A 45 ans, le saxophoniste-flûtiste Jimmy Greene a dépassé le stade d’espoir du jazz. Sur la scène newyorkaise où il est très actif (un « Live at the Smalls » en témoigne) Green a déjà croisé pas mal de musiciens incontournables. Formé par Jackie McLean, c’est avec lui qu’il réalise ses premiers enregistrements. Il joue avec Aaron Goldberg, Jeremy Pelt, Tom Harrell, Reuben Rogers, Eric Harland et bien d’autres. En 2012, un événement tragique bouleverse sa vie et celle de sa famille: Anna, sa petite fille de six ans est abattue ainsi que vingt de ses condisciples dans son école primaire du Connecticut. Deux ans plus tard, Jimmy Greene sort « Beautiful Life », un album en hommage à sa fille, une célébration de la vie, où il est entouré de musiciens tels Kurt Elling, Kenny Barron, Cyrus Chestnut, Christian McBride, Pat Metheny et bien d’autres, disque qui sera nominé aux Grammy Awards.

Avec ce nouveau titre, « While Looking Up », Jimmy Greene lève son regard et montre sa foi en la musique. On retrouve sur cet album des partenaires fidèles comme Aaron Goldberg au piano, Reuben Rogers à la contrebasse et Kendrick Scott à la batterie, ainsi que le guitariste Lage Lund sur toutes les pièces à l’exception de « Good Morning Heartache » en trio sax-basse-batterie. Stefon Harris complète l’équipe sur deux morceaux au marimba et vibraphone.

Huit compositions du saxophoniste soprano et ténor (sur « April 4th », il multiplie les instruments avec soprano, flûte, clarinette et clarinette basse !) et deux standards : « Good Morning Heartache »  déjà cité et « So In Love » de Cole Porter qui ouvre l’album avec un soprano plein de tendresse et de retenue.  Sur « No Words », le sax-ténor crie et pleure sa détresse, la flûte introduit « April 4th » avec des overdubs de clarinette et clarinette basse avant que le thème ne soit exposé par le soprano, donnant au morceau un côté atmosphérique.  Seul thème rapide, « Overreaction » démontre toutes les qualités techniques du saxophoniste. « I Wanna Dance With Somebody (Who Loves Me) » et « Simple Prayer » retrouvent l’introspection et le recueillement présent au début de l’album.

Après « Beautiful Live » et « Beautiful Live 2 », Jimmy Greene poursuit son travail de résilience en nous offrant un moment de musique empreint de lyrisme et de grande musicalité.

© Jean-Pierre Goffin


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst