Jamie Saft/Steve Swallow/Bobby Previte + guest: Iggy Pop - Loneliness Road

Jamie Saft/Steve Swallow/Bobby Previte + guest: Iggy Pop - Loneliness Road

J

RareNoise Records

Le nom de Jamie Saft n’est pas étranger aux fidèles des productions de John Zorn: le claviériste a participé à plusieurs albums d’Electric Masada, aussi à une série de galettes de la série ‘Filmworks’.

On le retrouve également sur l’album ‘Keystone’ de Dave Douglas qui couple la bande-son et le film muet de Roscoe Arbuckle. Dans sa plongée dans l’éclectisme absolu, on le retrouve aussi sur un album des ‘Beastie Boys’, des projets noise metal et dans la composition de musiques de films.

C’est sa participation au nouvel opus de Youn Sun Nah qui m’a fait explorer sa discographie personnelle plus profondément. Et là, on découvre un trio – avec Steve Swallow et Bobby Previte - qui en 2014 sortait ‘The New Standard’, aucun standard pourtant mais des compositions personnelles dans l’esprit des standards. En trio aussi, mais cette fois avec Greg Cohen et Ben Perowski, un album chez Tzadik paru en 2006 consacré à des compositions moins connues de Bob Dylan. Tout ceci pour dire qu’on a un peu trop cantonné Saft dans un univers avant-gardiste alors qu’on le savoure aussi dans un jeu où apparait la quintessence de la mélodie des compositions.

C’est bien encore le cas ici avec ‘Loneliness Road’ avec une nouvelle fois Steve Swallow et Bobby Previte, plus un invité surprise Iggy Pop sur trois morceaux co-écrits par l’ex-chanteur des Stooges et Jamie Saft.


Douze thèmes qui sonnent comme des chansons et dans lesquelles on pourrait par moments retrouver diverses influences de l’American Songbook. ‘Ten Nights’ ouvre l’album avec ce côté assumé de standard américain, enlevé et joyeux, alors que la majorité des thèmes seront plus dans l’esprit de ballades à la fois mélancoliques et délicieusement introspectives, seul ‘The Barrier’ et ‘Henbane’ offrent des tempos rapides. On sortira du lot ‘Pinkus’, un superbe blues où la basse électrique de Steve Swallow nous gratifie d’un solo de velours.


Quant aux trois thèmes chantés, la voix de vieux crooner assoupi leur donne un charme certain. Au-delà de la surprise causée par ce line-up inédit, on se concentrera aussi sur Bobby Previte, un batteur qu’on entend peu et dont on savoure avec délectation le jeu sourd sur les toms et l’à-propos d’un jeu discret et efficace.

Jean-Pierre Goffin


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst