Isabel Sörling - Mareld

Isabel Sörling  - Mareld

I

IKI Records

Beaucoup l’ont découverte lors de son double passage au Gaume Jazz 2020, avec son propre trio et avec celui du pianiste Paul Lay avec le contrebassiste Simon Taillieu. Une présence scénique de tous les instants, dans l’urgence et le mouvement perpétuel, une voix qu’on n’oublie pas et que ses pairs adoubent avec enthousiasme : « une des plus belles voix que je connaisse » dit Ibrahim Malouf, « ma voix préférée » confie David Linx.

Son passage en quartet à Rossignol en ce mois d’août a permis de découvrir son quartet avec le répertoire de son dernier album « Mareld » sorti juste avant le confinement. Un concert qui a quelque peu secoué le public dans tous les sens : enthousiastes pour certains, dubitatifs pour d’autres qui se demandaient si il s’agissait encore bien de jazz.

Finalement, peu importe, il s’agit d’une musique qui ne laisse pas indifférent : forte, intense, tellurique même par moments tant la voix d’Isabel Sörling vous secoue ou vous émeut, parfois les deux à la fois. On y entend le jazz par le côté expérimental, par le sens du voyage, par des moments lumineux, sombres aussi, mais toujours exaltants.

Soutenue par des percussions obsédantes, la voix vous transporte passant d’une transe quasi africaine – on peut penser à Janis Joplin -  à des atmosphères plus cool pleines d’émotion que le synthé et la guitare (jouée par la chanteuse) enveloppent, ajoutant à l’ensemble une construction dramatique étonnante comme dans « Turn Off The Light » ou dans le texte de « Human ». Le mix des cultures scandinave et africaine traverse tout l’album, envoûtant et d’une originalité qui se démarque clairement des voix sirupeuses du circuit. En cela, Isabel Sörling se rattache bien à une culture jazz en recherche dans son incandescence et sa profondeur.

« Mareld » signifie « bioluminescence » en suédois et évoque les petites lucioles de mer que la chanteuse voyait enfant lors de ses balades en mer nordique : lumière et obscurité donc. Un album qui secoue.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo




Musicians:

Isabel Sörling - voice, acoustic guitar, synths, percussions
Marc-Antoine Perrio - guitars, percussions
Jonathan Albrektson - synths, bass, percussions
Nicolas Charlier - drums, synths, percussions


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst