Mithra Jazz à Liège 2021: un focus Belgique







Le weekend dernier, retour du Mithra Jazz à Liège, au grand plaisir du public et des musiciens, après la pandémie. Comme à chaque fois, une affiche destinée au public le plus large. Bien sûr, des Américains de premier plan (Bill Frisell, Steve Coleman), des Européens (Erik Truffaz, Matthew Halsall), des vedettes grand public (Thomas Dutronc, chanteur mais aussi guitariste), la nouvelle scène flamande (Stuff., Dans Dans), des projets originaux (Opus 111 autour de Beethoven d'Aka Moon, en compagnie de Fabian Fiorini) mais aussi, à la Cité Miroir, un formidable focus sur de grands noms du jazz belge.



En ouverture, Jean-Paul Estiévenart venait présenter le répertoire de son dernier album, "Strange Bird". Jusqu'à présent le trompettiste avait opté pour la formule du trio ("Wanted", "Behind the darkness"), ici, il présentait un quintet avec deux instruments harmoniques: le piano de Nicola Andrioli et la guitare du Français Romain Pilon, un musicien à la belle carte de visite: 4 ans à Berklee, rencontre avec Pat Metheny qui lui propose de faire, à plusieurs reprises, sa première partie, un an à New York puis retour à Paris où il forme un quartet avec le saxophoniste David Prez mais enregistre aussi "Copper" avec Seamus Blake. Pour la rythmique, Jean-Paul a opté pour la basse solide, à la sonorité ronde de Nic Thys et, à la batterie, son vieux complice Antoine Pierre au drive vigoureux.


Pour débuter, la composition "Barcelona" (le répertoire a été composé dans la capitale catalane), et son tempo enflammé avec une trompette vrombissante. Une musique généreuse qui laisse à chacun son espace de solo ad libitum, avec de belles envolées de piano (non, Nicola n'a pas seulement un tempérament lyrique, il peut s'enflammer) et de guitare (belle sonorité de Pilon qui s'inscrit parfaitement dans la grande tradition). Suivront "Passion" au titre évocateur et "Henri", avec une structure en labyrinthe. Un peu plus de douceur avec "Bert's sketch" dédié à Bert Joris.

Un set qui montre bien l'évolution de Jean-Paul Estiévenart qui, à ses débuts, paraissait timide et qui maintenant s'extériorise pleinement.. Il exprime d'ailleurs toute sa joie de retrouver le public: "J'ai fait du streaming, comme on dit dans la langue de Shakespeare, mais jouer devant une salle vide, ce n'est pas jouer. Un concert est fondé sur l'interaction entre musiciens et le public."

Une interaction bien présente ce soir là.



A 22 heures, face à une salle comble, Eric Legnini vient présenter son trio acoustique: plus d'inspiration soul au groove marqué de la période "The Vox" mais un retour à la grande tradition: Eric parlera de son admiration pour le trio d'Oscar Peterson. A la guitare, Rocky Gresset qui a gardé de sa passion pour le jazz manouche une grande vélocité de jeu et un grand talent de mélodiste. A la contrebasse, Thomas Bramerie, au CV impressionnant et à la technique stupéfiante de par son lyrisme.


Eric vient présenter le répertoire original de l'album "Six Strings Under", de longues envolées de piano, avec un sens aigu du rythme et du doigté, et avec de splendides passages piano-guitare joués à l'unisson. Un voyage coloré qui évoquera notamment un passage au sein des favellas, en compagnie de la chanteuse Marcia Maria, avec refrain repris par le public. Et, pour conclure, en rappel, un petit standard revisité, "Stopping at the Savoy" au rythme vitaminé.



Pour clore le festival, Urbex Electric d'Antoine Pierre, ce nouveau projet inspiré par "Bitches Brew" et cette plongée de Miles dans la période électrique. Un hommage, mais pas un clonage. Antoine Pierre s'est inspiré de ces atmosphères électrisantes mais pour proposer sa propre musique: un projet présenté à Flagey et enregistré live (album "Suspended", chez Outhere).


Par rapport à la formation de Flagey qui comptait neuf musiciens, Antoine a opté ici pour un sextet. A la trompette, avec des sonorités survitanimées, son complice, Jean-Paul Estiévenart. Une belle opposition entre le piano acoustique de Bram De Looze et la guitare électrique très rock, aux sonorités volontiers saturées du Néerlandais Reinier Baas (préféré donc au fidèle Bert Cools), à la basse électrique, Félix Zurstrassen sur qui repose souvent le tempo de départ des thèmes, à la batterie, l'omniprésent Antoine Pierre qui s'octroira un magnifique solo de plusieurs minutes comme sur l'album ("Drums take over") et enfin, les percussions colorées, inventives et spectaculaires de Fred Malempré, entouré de ses cymbales, tambours aux formes multiples, cowbells, triangle et clochettes.

Une musique comme en suspension, aux atmosphères parfois planantes puis qui s'enflamme subitement, comme sur "Steam" ou "Obsession" aux titres révélateurs. Plus tard, "Feather" et, plus saccadé, "You nod but you ain't". Et, sur le train d'enfer de "Drums take over", finale enflammée avec "Sound barrier".

Longue acclamation du public.

Texte © Claude Loxhay   -   photos © Robert Hansenne
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo


ICI les autres photos du festival © Robert Hansenne




In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst