Concerts berlinois en trois voltes

Concerts berlinois en trois voltes

Various

ACT Records / Newartsint. - The Lost Recordings

Jazz at Berlin Philharmonic #12 et #13 & Duke Ellington at Berlin Philharmonic 1969/1973

 

 

Jazz at Berlin Philharmonic #12 et #13
ACT Records / Newartsint.


Brillant témoignage de concerts en public produits par le label münichois, la série « Jazz at Berlin Philharmonic » fait immanquablement référence au JATP de Norman Granz, à la différence qu’ici, cette série s’attache principalement à célébrer des instruments (accordéon, piano, guitare…), mais aussi des géants du jazz tels Monk avec « Pannonica », Esbjörn Svensson, ou encore des genres avec « Mediterraneo » ou « Celtic Roots ». Les deux derniers opus de la série, respectivement numérotés 12 et 13 sortent ces moments-ci et célèbrent deux géants du jazz disparus : Charles Mingus et Miles Davis.


« Celebrating Mingus 100 »
Magnus Lindgren / Georg Breinschmid


A l’occasion du centenaire de la naissance de Mingus, ce concert du 13 avril 2022 rend hommage au contrebassiste à travers six de ses compositions parmi les plus connues. Neuf musiciens se retrouvent sur scène pour six thèmes, deux arrangés par le contrebassiste Georg Breinschmid – « Jelly Roll » et « Boogie Stop Shuffle » - quatre par le saxophoniste baryton Magnus Lindgren - « Fables of Faubus », « Goodbye Pork Pie Hat », « Self-Portrait in Three Colors » et « Better Git It in Your Soul » - le tout arrangé pour un nonet drivé par une rythmique américaine supérieure : Danny Grissett, pianiste attitré du Mingus Big Band et Gregory Hutchinson à la batterie.

Si on est loin de la folie excentrique des performances de Mingus, le concert permet en tout cas de se rendre compte de la richesse des compositions du contrebassiste. Pas de travail façon workshop ici – quelques effets de growl, de voix, de changement de tempo exceptés - mais une lecture respectueuse de l’œuvre et un témoignage d’une soirée de haute tenue.


« Sketches of Miles »
Theo Croker Quartet + Berliner Philharmoniker


On ressort de l’écoute du volume 12 de la série avec ce même sentiment d’hommage superbement joué par des musiciens de haut vol dans une atmosphère parfois trop respectueuse. C’est d’autant plus le cas pour ce « Sketches of Miles » - inutile de vous dire à qui on rend hommage – que le quartet de la première galette est emmené par un trompettiste dont tout le monde parle aujourd’hui, Theo Croker. Avec la rythmique déjà présente sur l’album « Mingus » - Grissett au piano, Hutchinson à la batterie – deux thèmes de Miles, deux de Wayne Shorter et une reprise d’un des standards les plus joués « My Funny Valentine » donnent le ton d’un concert qui sera sans surprise, le fait que les quatre musiciens sur scène sont parmi les plus doués de ces dernières années ne représentant en rien une surprise.

C’est évidemment très plaisant à écouter, très bien joué, mais… voilà le type de concert de gala qui a sûrement plu à un public policé, mais dont le supplément d’âme est absent. La seconde galette propose des versions de thèmes arrangés pour grande formation sur des albums de Miles : « Miles Ahead », « Sketches of Spain » et « Porgy and Bess » tous trois sous forme de suite, avant le final « All Blues ». Encore une fois du très bel ouvrage qui aura enchanté le public berlinois, mais qui dans l’écoute de salon, donne envie de se repasser les originaux.



Duke Ellington
at Berlin Philharmonic 1969/1973

The Lost Recordings


Même salle mais quasi cinquante ans plus tôt, voici le Duke pour ce qui sera son dernier concert au Jazztage de Berlin. Nous sommes en novembre 1973 et Ellington se présente en sextet, une formule qui met en avant le piano et le sens de l’orchestration sur l’instrument du maître. Cinq minutes seul face à son piano pour une improvisation pleine de modernité en introduction, cinq minutes de tap dancing avec Baby Laurence en clôture, un aperçu de l’éventail stylistique du maître, avec aussi des grands classiques comme « Take The A Train » ou « Sophisticated Lady ».

L’orchestre du Duke est au grand complet en 1969 au même festival berlinois avec la crème des crèmes : Johnny Hodges, Paul Gonsalves, Harry Carney, Cat Anderson, Cootie Williams. L’enregistrement mono est d’une qualité irréprochable, marque de fabrique de ce label devenu incontournable dans la réédition parfaite de concerts passés. Les deux concerts mettent, si il le fallait encore, en évidence la mise en place et la décontraction d’un des maîtres absolus de la musique du XXe siècle.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz'halo



In case you LIKE us, please click here:



our partners:

Clemens Communications

 


 


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant


Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken
Didier Wagner


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Erik Carrette
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst