Sarah Vaughan - Live at the Berlin Philharmonie 1969

Sarah Vaughan  - Live at the Berlin Philharmonie 1969

S

The Lost Recordings / Newartsint.

La série “The Lost Recordings” réalise depuis quelques années un travail de restauration remarquable de concerts en public. Ainsi avons-nous déjà pu profiter de concerts de Thelonious Monk (Rotterdam, 1967), Bill Evans (Hilversum, 1968), Art Blakey (Scheveningen, 1958)…

Voici une nouvelle publication comme d’habitude très soignée d’un concert de Sarah Vaughan au Festival de Jazz de Berlin en 1969. Après une période de sa carrière assez irrégulière dans les années 60 – le succès du rock et de la pop a un peu mis sous l’éteignoir les vocalistes de jazz – revoici la chanteuse au mieux de sa forme. Accompagnée d’un trio de musiciens peu connus – un euphémisme quand on parle de Johnny Veith, piano et Gus Mancuso, contrebasse, seul Ed Pucci, drums, est cité sur certains enregistrements de Billy Eckstine – Sarah Vaughan présente un programme où on retrouve pas mal de ses chevaux de bataille où se mêlent moments d’une belle énergie, de swing vigoureux et chant d’une profondeur à ce jour inégalée : « Fly Me To The Moon », « All Of Me », « The Trolley Song », aussi « Tenderly », « Misty », « My Funny Valentine ».

Comme c’était l’habitude à l’époque, les concerts se déroulaient en deux parties histoire de régaler un public plus nombreux. La seconde partie de cette performance berlinoise avait déjà été publiée et même filmée par la télévision allemande (on peut trouver sur youtube l’intégrale de ce concert filmé), ce qui permet de constater que la répétition des concerts de Sarah Vaughan n’avait rien à voir avec une pâle resucée de la session précédente, le répertoire étant tout à fait différent. On notera aussi la présence d’un thème de Lennon-McCartney dans le programme, « And I Love Her » devenu ici « And I Love Him ».

Après une période dans l’ombre, Sarah Vaughan prouve à 45 ans qu’elle est bien loin d’être une « has been » : virtuosité vocale, invention, sens de l’équilibre dans la conception d’un programme, tout y est, ce que confirmera la suite de sa carrière puisqu’après ces tournées en trio, elle retrouvera toute sa splendeur lors d’enregistrements studio qui suivront.

Le soin mis dans cette édition et la qualité du matériau proposé font de ce double album un des témoignages majeurs de la Divine.

© Jean-Pierre Goffin
Une collaboration JazzMania / Jazz’halo


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Jean-Jacques Pussiau
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Werner Barth
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Stephen Godsall
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Yves « JB » Tassin
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst