Wolf in the Wood - Live at Jazz Station

Wolf in the Wood - Live at Jazz Station

W

Mogno

Anne Wolf - Stefan Bracaval - Chris Joris - Sal La Rocca: Wolf in the Wood - Live at Jazz Station

Après ses albums personnels "Amazone" de 2001 et "Moon @ Noon" de 2010 et sa participation à "Parfum Latin", en 2000, avec Pierre Bernard et Charles Loos ainsi qu'à "Cheiro do Choro" en 2002, avec Daniel Stockart et Henri Greindl, voici le nouvel album de la plus Brésilienne des pianistes belges. Pour cet enregistrement réalisé live à la Jazz Station de Bruxelles, Anne Wolf retrouve Chris Joris aux percussions, comme sur "Amazone". Ici, à la place de la basse électrique de Cédric Waterschot ("Amazone") ou de Théo De Jong ("Moon @ Noon"), elle a opté pour la contrebasse de Sal La Rocca. Et elle a convié, à la flûte et flûte basse, Stefan Bracaval, né comme elle en 1967. Rompu aux rythmes latins depuis son passage au sein de Papagaio, la formation du guitariste liégeois Stéphane Martini (album "Tempo Latino"), le flûtiste malinois a aussi enregistré avec les pianistes Ernst Vranckx ("Aquarelle") et Pierre Anckaert ("String attached" en 2010 et "Woodworks" en 2015) mais a aussi gravé, à son nom, "Insight Inside", en quartet avec le guitariste Hendrick Braeckman.

Pour ce "Wolf in the Wood", plutôt que d'interpréter ses compositions personnelles, la Bruxelloise a décidé de revisiter une série de 11 thèmes empruntés à de célèbres compositeurs: évidemment une ballade brésilienne d'Antonio Carlos Jobim (Caminhos Cruzados), d'autres rythmes latins comme ce Mambo influenciado de Chucho Valdès, un détour vers de grands succès américains, comme On the Green Dolphin Street mais aussi Saint Thomas de Sonny Rollins, Ladies in Mercedes de Steve Swallow, Wild Flower de Wayne Shorter ou Overjoyed de Stevie Wonder, et, enfin, Cantabile de Michel Petrucciani et Growlin' Face de son complice Charles Loos.

Sur de nombreuses plages, propulsés par les congas de Chris Joris, on retrouve de nombreux rythmes latins, que ce soit sur Mambo influenciado, mais aussi Ladies in Mercedes, Wild Flower, On the Green Dolphin Street ou Saint Thomas avec une intro échevelée de Chris Joris. Pour le reste, aux côtés de mélodies allègres comme Estamos ai ou Growlin' Face, on découvre des ballades langoureuses telles que Theme for Ernie de Fred Lacey ou cet Overjoyed de Stevie Wonder, avec Stefan Bracaval à la flûte basse et un Chris Joris tout en douceur au jeu de balais. Un album bien dans la lignée des précédents.

Claude Loxhay


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst