Sylvain Darrifourcq - Théo et Valentin Ceccaldi - In Love with: Axel erotic

Sylvain Darrifourcq - Théo et Valentin Ceccaldi - In Love with: Axel erotic

S

BeCoq

Le trio In Love with est une des nombreuses formations issues de Tricollectif, ce collectif de musiciens orléanais auquel un long article a été consacré en octobre dernier.

D'un côté, on retrouve Sylvain Darrifourcq, le batteur du quartet du saxophoniste Emile Parisien (dernier album en date: Spezial Snack, label Act) mais aussi d'un trio avec notre compatriote Manu Hermia et Valentin Ceccaldi (album God goes to Casino, Babel Label, chroniqué sur le site). De l'autre, les frères Ceccaldi, autres figures marquantes de la nouvelle scène française.

Valentin, le violoncelliste, participe à plusieurs groupes de Tricollectif: Marcel et Solange, avec Gabriel Lemaire (sax) et Florian Satche (dm), groupe qui a notamment enregistré Tomate et Parapluie, avec Samuel Blaser en invité; Durio Zibethinus, un duo avec le saxophoniste Quentin Biardeau (album Poissons frais); Walabix, avec Quentin Biardeau et Gabriel Lemaire (Walabix invite Bart Maris, chez El Negocito) mais aussi dans différentes formations avec son frère Théo.

Théo, le violoniste alto, fait partie de l'Orchestre National de Jazz d'Olivier Benoît (albums Europa-Paris et Europa-Berlin), du quartet Petite Moutarde avec Alexandra Grimal, une saxophoniste de l'ONJ, ou encore de l'Orchestre du Tricot. Les deux frères se retrouvent dans le trio Ceccaldi (album Trio Ceccaldi + Joëlle Léandre), le quartet La Scala avec le pianiste Roberto Negro et le batteur Adrien Chennebault, ou encore Toons, avec le saxophoniste Gabriel Lemaire et le guitariste Guillaume Aknine.
Si les 7 plages de l'album, avec des titres à l'humour sous-jacent, sont présentées comme des compositions de Sylvain Darrifourcq, on sent que chacune laisse une large place à l'improvisation et à l'interaction entre instrumentistes: Théo au violon, Valentin au violoncelle (jeu à l'archet ou en pizzicato) et Sylvain à la batterie, aux percussions et au zither (une cithare sur table). Chacun aborde souvent son instrument de manière percussive, dans un cadre volontiers bruitiste, ou comment détourner les instruments de manière iconoclaste.

La première plage, Bien peigné en toute occasion, s'articule autour d'un motif obsédant, joué staccato par le violon et le violoncelle, avant que la batterie n'entre en jeu. A saveur de très beurre se déroule sur un tempo plus lent. Asil Guide et Sexy Champagne ont un côté volontiers bruitiste, avec percussions, clochettes et pizzicati. Après une intro très percussive, Les flics de la police s'ouvre sur un envol majestueux du violon. Le dernier thème, Chauve et courtois, est empreint d'une atmosphère mystérieuse ponctuée par les pizzicati du violoncelle.

Tout l'album s'inscrit dans la démarche très ouverte à la musique improvisée qui est propre aux diverses formations de Tricollectif.

Claude Loxhay

Concerts:
5 mars: Bruxelles Jazz Station
6 mars: Bruges Parrazar


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

VKH Torhout

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Loffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst