Orchestre National de Jazz - Dancing in your head(s) / Rituels

Orchestre National de Jazz - Dancing in your head(s) / Rituels

O

ONJ Records

Direction: Frédéric Maurin

Voici donc le douzième ONJ, avec à sa tête le guitariste et compositeur Frédéric Maurin qui a dirigé, pendant 14 ans, l'ensemble Ping Machine, un orchestre de 15 musiciens qui a notamment enregistré Easy Listening et Ubik et dont plusieurs musiciens se retrouvent ici (entre autres, les saxophonistes Fabien Debellefontaine ou Julien Soro, le claviériste Bruno Ruder ou le batteur Rafaël Koerner).

Frédéric Maurin a aussi été le président de la Fédération des Grands Formats. Influencé par les guitaristes du rock, Jimi Hendrix, Frank Zappa, David Gilmour, il s'intéresse aussi bien au jazz qu'à la musique contemporaine et notamment à la "musique spectrale" basée sur "la mutation du son". A l'actif de ce nouvel ONJ à géométrie variable, deux albums sortis en août derniers, deux projets très différents.

D'abord, Dancing in your head(s) dédié à la musique d'Ornette Coleman, le premier à utiliser le terme "free jazz" pour son double quartet de 1960. Ensuite, le double album Rituels, oeuvre collective avec voix et 13 instrumentistes dont des cordes.



ONJ - Dancing in your head(s)


Pour cet hommage à Ornette Coleman, Frédéric Maurin a rassemblé une équipe de 15 musiciens (5 saxophonistes, 5 trompettistes, 5 cuivres, 2 guitares, Fender Rhodes, basse électrique et batterie), avec, en invité sur trois plages le saxophoniste alto américain Tim Berne qui a déjà collaboré avec des musiciens français comme Marc Ducret.

Au répertoire, 7 plages basées sur des compositions d'Ornette, avec pour trois d'entre elles un couplage de titres, ainsi que Something sweet, something tender d'Eric Dolphy et Dogon A.D., soit deux grands noms de cette époque, l'un qui a côtoyé John Coltrane, l'autre qui a fait partie du World Saxophone Quartet.

Le tout, à deux exceptions près, dans une orchestration fouillée de Fred Pallem, le leader du Sacre du Tympan. Pour ce Dancing in your head(s), titre emprunté à un album d'Ornette, Maurin a fixé son choix sur des compositions de périodes différentes: que ce soit celle du quartet acoustique, avec Don Cherry, pour Lonely Woman ou celle électrique du Prime Time (Jump Street, Feet Music, City Living) mais avec une volonté de mêler jazz, blues et groove électrique.

Ce qui frappe dès la première plage (un couplage entre Feet Music et Open to the public), c'est la masse sonore imposante de l'orchestre, une masse dense et touffue des 10 souffleurs galvanisée par la batterie de Rafaël Koerner et les quatre instruments électriques (guitares, basse électrique et Fender). Le tout se déroule dans une sorte de joyeuse anarchie, avec superposition de couches sonores et de larges espaces pour les solos: alto exalté de Tim Berne (Lonely Woman Theme from a symphony), ténor de Fabien Debellefontaine, alto de Jean-Michel Couchet, trombone de Daniel Zimmerman, trompette de Susana Santos Silva ou guitare de Pierre Durand.

Voilà donc une version originale de l'oeuvre d'Ornette: une version grande formation au fourmillement débridé, Le tout enregistré live au festival Jazzdor Strasbourg-Berlin.

 



ONJ - Rituels


Le second album a été, lui, enregistré en studio. Les deux CD proposent des créations de 5 compositeurs différents: la flûtiste Sylvaine Hélary (Orca Noise Unit avec Jozef Dumoulin), le pianiste Grégoire Letouvet, la chanteuse Ellinoa (Conservatoire de Paris et Centre des Musique Didier Lockwood), la chanteuse Leïla Martial (trio BAA Box) et Frédéric Maurin.

Un répertoire original pour un choeur rassemblant Leïla Martial, Ellinoa, la suédoise Linda Oláh et le baryton Romain Dayez couplé à un ensemble acoustique de 13 instruments parmi lesquels des cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse). Ici, pas d'instruments électriques (pas de guitare et Bruno Ruder remplace son Fender par un piano).

Rituels repose sur un univers inspiré par des textes extraits du recueil Les Techniciens du Sacré de Jérôme Rothenberg, à l'exception de Femme Délit de Leïla Martial, des textes volontiers ésotériques, parfois abscons, qui évoquent la mort, la vie et ses aléas. Des textes chantés ou récités, la voix se mêlant aux instrumentistes, à la masse sonore, ici aussi, dense et touffue.

Si on retrouve quelques piliers de la première équipe, comme les saxophonistes Julien Soro ou Fabien Debellefontaine ou la trompettiste Susana Santos Silva, la formation regroupe une série de nouveaux venus: Didier Havet du Big Band Lumière (btb, tuba), Stéphan Caracci du groupe Rétroviseur et de Renaud Garcia-Fons "La Vie Devant Soi" (vib, marimba, perc) ou Catherine Delaunay, la clarinettiste de Tous Dehors.

Une large place est évidemment dédiée aux voix mais chaque composition laisse une place importante aux instrumentistes et aux solistes: Catherine Delaunay, Fabien Debellefontaine, Guillaume Roy (alto) ou Stéphan Caracci. Un univers très différent du premier album.

Là où Olivier Benoît proposait un univers basé sur un thème (l'Europe et ses capitales) et sur des compositions personnelles, à l'exception d'Europa Roma, Frédéric Maurin veut que son ONJ s'ouvre à différents compositeurs et à des univers très différents.


© Claude Loxhay
En partenariat avec jazzaroundmag


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst