Michel Meis Quartet - Lost in Translation (cl)

Michel Meis Quartet - Lost in Translation (cl)

M

Challenge/ Stilletto

Le batteur Michel Meis fait partie de la nouvelle génération du jazz luxembourgeois.

Né en 1989, il a poursuivi ses études à Saarbrück et formé un quartet de dimension internationale.

C'est de Saarbrück que vient la tromboniste Alisa Klein qui a étudié à Lucerne avec Nils Wogram puis à Amsterdam. Elle a côtoyé de nombreux grands noms du trombone: l'Américain Steve Turre, l'Allemand Connie Bauer et le Néerlandais Ilja Reijngoud qui a fait partie d'Octurn à ses débuts.

Au piano, le Français Cédric Hanriot qui a étudié au Berklee College de Boston et a accompagné des vocalistes comme Diane Reeves ou Gregory Porter, des saxophonistes comme l'Américain Donny McCaslin ou la Hollandaise Tineke Postma et formé un duo claviers-batterie avec Franck Agulhon.

A la contrebasse, Stephan Goldbach qui a notamment joué avec les pianistes Georg Ruby et Philipp Hasse.

Au répertoire, sept compositions originales, une du contrebassiste (King Kong) et six du leader, ainsi qu'une version revisitée de Heaven de Radiohead. Dès les premières mesures, on sent qu'on a affaire à un vrai quartet au sein duquel chacun tient un rôle de premier plan.

Alisa Klein possède une belle sonorité au trombone, à la fois ample et nerveuse sur tempo rapide (King Kong, Hope, Morena) et ouatée dans les ballades (Heaven, Desire). Au piano, Cédric Hanriot allie sens du rythme et sensibilité mélodique (Reflection, Hope, In a dream) et confère au groupe des colorations irisées au Fender Rhodes (Heaven, Morena, Lost in translation). A la contrebasse, Stephan Goldbach est omniprésent, lui aussi allie célérité de jeu en pizzicati et sens mélodique (belle intro sur Morena, belle complicité avec le piano sur King Kong ou Hope) et recours à l'archet (Lost in translation en accord avec le Fender, avec le piano sur Reflection).

Dans le chef du leader, pas de longs solos démonstratifs mais un soutien efficace à ses complices, que ce soit dans un jeu nerveux de baguettes ou un recours aux balais tout en nuances (Lost in translation).

Preuve du succès de ce quartet franco-allemano-luxembourgeois, il est invité au festival de Juan-les-Pins.

© Claude Loxhay


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst