Jimmy Heath - Love Letter

Jimmy Heath - Love Letter

J

Verve/Universal

Dans les années 50-60, deux fratries vont grandement participer à l’Histoire du jazz. Les Jones avec le trompettiste/bugliste Thad, le pianiste Hank et l’inoubliable Elvin, batteur inamovible du grand quartet de John Coltrane. Dans la famille Heath, entre l’aîné Percy – légendaire contrebassiste du « Modern Jazz Quartet » - et le cadet Albert dit « Tootie » - il débute avec Coltrane, se retrouve aux côtés de Herbie Hancock et enregistre encore sous son nom ces dernières années sur le label Sunnyside ! – il y a Jimmy, le saxophoniste, disparu en janvier de cette année.

A 93 printemps, Jimmy Heath retourne en studio pour enregistrer une série de ballades, des compositions personnelles (Jimmy Heath a été un des grands compositeurs de l’Histoire du jazz, Chet Baker lui consacrant la quasi-totalité de son album « Playboys » en 1956) et plusieurs standards marquants comme « Con Alma » de Gillespie, « Don’t Explain » immortalisé par Billie Holiday, ou « Left Alone » de Mal Waldron. Pas besoin de dessin : Jimmy Heath voyage au cœur des plus belles ballades du répertoire sur cet album intitulé « Love Letter ».

Rayon line-up, on est tout aussi impressionné : Kenny Barron au piano, Russell Malone à la guitare, David Wong à la double basse, Lewis Nash derrière les fûts et le moins connu Monte Croft au vibraphone.

Ajoutez-y les « special guests » : Gregory Porter – sur « Don’t Misunderstand » - Cecil McLorin Salvant – sublime sur la composition de Mal Waldron « Left Alone » - et Wynton Marsalis sur « La Mesha » de Kenny Dorham.

La coupe est pleine et, disons-le franchement, on pressentait le coup médiatico-nostlagique autour d’une des figures du jazz récemment disparues. C’est ne pas connaître Jimmy Heath : le choix de ballades est bien dans la continuité de la carrière d’un musicien élégant et raffiné, au jeu fluide quel que soit le tempo, et ici en particulier sur des thèmes d’un lyrisme absolu.

Un dernier album où le style à la fois solide et gouleyant du saxophoniste fait merveille.

© Jean-Pierre Goffin



In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst