Jean-Pierre Como - Infinite

Jean-Pierre Como - Infinite

J

Absilone/ Socadisc

S'il a fait des études classiques de piano, Jean-Pierre Como s'est lancé dans le jazz en autodidacte.

En 1984, l fonde le groupe Sixun avec le batteur Paco Séry. Il a aussi fait partie du Big Band d'Antoine Hervé et dirigé ses propres formations: trio (album Répertoire, Storia), quartet avec le saxophoniste Javier Girotto (Boléro), en septet avec Stefano Di Battista (Express Europa).

Le voici en quartet avec le saxophoniste Christophe Panzani, un musicien qui a fait partie du Big Band de Carla Bley (Appearing nightly) et dirigé un quartet avec Vincent Peirani à l'accordéon.

A la contrebasse, Bruno Schorp qui a étudié à Nancy avec Diego Imbert et à Paris avec Ricardo Del Fra. Il a enregistré Nomade sonore avec le saxophoniste Eric Seva  et formé son Color Sextet avec Christophe Panzani.

A la batterie, surprise… Rémi Vignolo: c'est que le contrebassiste qui a joué avec Aldo Romano, Batiste Trotignon ou Richard Galliano, se passionne aussi pour la batterie: il a notamment enregistré Death of an angry man avec… Christophe Panzani.

Tout un réseau d'interconnexions.


Au répertoire, neuf compositions originales que complètent deux titres de Vignolo (La Sorrentina, Midnight sun).

Jean-Pierre Como présente son album comme un projet collectif né "d'une inspiration plus orale qu'écrite", dans un dialogue constant avec ses trois partenaires et avec une large part laissée à l'improvisation.

Ce qui ne veut pas dire une musique en "prise directe" mais qui laisse une place au rerecording.

Si certains morceaux sont entièrement joués au piano (notamment I remember), pour d'autres, Como utilise des claviers additionnels (Lucky Day). De même, Panzani double parfois son ténor suave d'un soprano volubile (Olinda, la ballade Wonderland avec jeu de balais de Vignolo). Parfois le deux saxophones sont joués à l'unisson comme sur I remember, parfois le soprano intervient en contrechant du ténor comme sur Song for Wayne ou Le temps d'un instant, toujours avec une belle sonorité de contrebasse.

On navigue entre ballades empreintes de sérénité (Little man, Wonderland, Esquisse) et des mélodies tournoyantes qui évoquent l'univers de Charles Loos (Le temps d'un instant).

Une musique qui rappelle une certaine époque ECM: on pourrait souhaiter un peu plus de fougue à certains moments.

© Claude Loxhay


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

VKH Torhout

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Loffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst