Francesco Cataldo - Spaces

Francesco Cataldo - Spaces

F

Alfa Music

Le guitariste et compositeur italien Francesco Cataldo a le chic de savoir bien s’entourer : Clarence Penne à la batterie, Scott Colley à la contrebasse, David Binney au saxophone, Erik Frielander au violoncelle pour un titre et, last but not least, son compatriote et complice, le pianiste Salvatore Bonafede. « Spaces » a été enregistré et mixé à New York, voilà bien autant de signaux avant-coureurs pour une galette qui devrait surprendre.

Las, le cédé interpelle, face à la production actuelle. La maîtrise technique et le sens de l’écoute des membres du quintet sont mis au service d’une écriture avec un sens de la mélodie maîtrisé, dominé par une tension perpétuelle entre un sourire et une larme… un blues à l’italienne ? Le premier titre de l’album, Our Jazz (Prologue), ne doit sans aucun doute rien au hasard. Francecso Cataldo semble inviter l’auditeur pour un voyage dans la note bleue, version européenne, méditerranéenne… Mais, Ortigia, le quatrième titre de l’album, qui en compte 12, pour plus de 75 minutes au total, laisse déjà une impression de déjà entendu. En effet, la structure de « Spaces » ressemble fort à une suite, aux harmonies, à la sonorité, comme un fil rouge. D’ailleurs, le dernier titre The Rain And Us, est sous-titré Épilogue ! Ceci souligne cette intuition de départ. S’agit-il d’un parti pris du guitariste qui a programmé son instrument entre la sonorité grasse de John Scofield et l’attaque incisive d’un Mike Stern ? La guitare acoustique sur Your Silence, mise à part, bien entendu. Les rythmes son plutôt donwtempo, ce qui donne l’occasion de goûter avec plaisir aux moindres détails du travail d’accompagnement de Clarence Penn et Scott Colley, ainsi qu’au minimalisme et à la science rythmique de Salvadore Bonafede. « Spaces » nous révèle donc une écriture, une sensibilité, un univers, à explorer encore, un univers qui, dans un environnement moins standard deviendrait plus parlant, avec pourquoi pas des cordes – un quatuor ou un orchestre de chambre – pour ouvrir le jeu. L’écriture de Francesco Cataldo mérite plus d’espace… justement !

Philippe Schoonbrood
Article publiée par Jazzaround
klein logo

https://www.youtube.com/watch?v=mZszKwqm_zg

 


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst