Fabien Degryse : Summertime

Fabien Degryse : Summertime

F

Midnight Muse Records

Voici le nouvel album solo de Fabien Degryse.

Après s'être produit sur scène dans les années '70, le guitariste bruxellois a étudié le jazz à la mythique Berklee School of Music de Boston, entre 1980 et 82.

Il s'est d'abord tourné vers la guitare électrique avec son album « Medor Sadness » de 1992, enregistré avec Erwin Vann et Eric Legnini puis dans un vibrant « Hommage à René Thomas » pour lequel il a invité le gratin du jazz belge, de Philip Catherine à Peter Hertmans ou Pierre van Dormael.

Mais, petit à petit, c'est la guitare acoustique et sa sonorité limpide qui l'a attiré, que ce soit au travers de sa participation à L'Ame des Poètes, au sein duquel il a succédé à Pierre van Dormael, à partir de l'album consacré aux chansons de Brel, ou encore dans ses premiers albums en trio : « The heart of acoustic guitar » de 2007.
Dès 2011, il enregistrait un album solo, « Finger Swingin' »dédié à la technique du finger picking, l'art de construire, d'un côté, une ligne de basse sur laquelle, de l'autre côté, venait se lover la ligne mélodique du thème, et cela sans effet de re-recording : une musique des plus pures enregistrée au plus près des cordes et de la caisse de résonance.

Pour ce « Summertime », Fabien Degryse propose une véritable « anthologie », au sens étymologique du terme, une sorte de florilège du jazz au sein duquel se cotoient grands standards immortels (de Summertime de Gershwin à I love you de Porter, en passant par It could happen to you de Van Heusen), grands classiques de la plus pure tradition jazz (de Lullaby of birdland de Shearing au So What de Miles, en passant par Lady Bird de Tadd Dameron), un hommage à Toots (le mythique Bluesette) et un petit détour vers la bossa et ses rythmes colorés (Corcovado de Jobim).

On admire tout à la fois la virtuosité technique (notamment sur So what, avec sa célèbre ligne de basse où vient se greffer le thème joué sur un tempo très personnel) et le lyrisme mélodique qui ensoleille chaque mélodie, tout au long de ces 11 plages, de 3 (I love you) à 7 minutes (Alone together, Cry me a river).

Claude Loxhay


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst