Emmanuel Baily - Night Stork (Claude Loxhay)

Emmanuel Baily - Night Stork (Claude Loxhay)

E

Igloo

Pour comprendre le cheminement de ce projet, il est intéressant de se pencher sur le parcours de son créateur.

Emmanuel Baily a poursuivi ses études de guitare au Conservatoire de Liège mais il est aussi diplômé en musique de chambre (classe de Jean-Pierre Peuvion) et a étudié l'improvisation d'abord avec Garrett List puis Fabrizio Cassol avec qui il a participé aux projets Alefba et Conférence of the birds. Si on l'avait découvert, avec sa compagne Marine Horbaczewski, au sein du quartet Wang Wei, de Kind of Pink avec Philippe Laloy, de l'Orchestra Vivo de Garrett List, du projet Moonly Delight d'André Klenes comme du trio de Stéphane Martini, il n'avait pas encore enregistré d'album à son nom. C'est chose faite avec ce Night Stork, un répertoire qu'il a présenté lors de sa carte blanche en Gaume.

Pour ce projet, Emmanuel a opté pour une orchestration particulièrement originale: guitare et oud, clarinette et cornet à bouquin et batterie.

A l'oud, ce luth arabe qu'il avait croisé pour Alefba, Khaled Aljaramani, musicien diplômé du Conservatoire de Damas, membre de l'Orchestre Symphonique de Syrie et fondateur, avec Serge Teyssot-Gay, le guitariste de Noir Désir, du projet Interzone.

A la clarinette, Jean-François Foliez qui a participé au projet Music 4 a While de Johan Dupont, au Gypsy Swing Quintet, à l'Orchestra Vivo et vient de former son propre quartet Playground avec le pianiste Casimir Liberski et le batteur Xavier Rogé.

Au cornet à bouquin, cet instrument ancien à vent en bois, à l'image du serpent cher à Michel Godard (Claude Barthélemy avait réuni cornet à bouquin et serpent pour son premier ONJ, avec Patrick Fabert et Michel Godard), le Français Lambert Colson. Après avoir poursuivi ses études de Musique ancienne au Conservatoire d'Aubervillers, il a étudié le cornet à bouquin à la Schola Cantorum de Bâle. S'il s'est essentiellement consacré à la musique ancienne, il a été aussi l'assistant du compositeur Zad Moultana, dans le cadre d'une recherche entre notation musicale et improvisation, à la Fondation Royaumont, celle-là même qui a accueilli Fabrizio Cassol et ses musiciens pour le projet Alefba.

Enfin, à la batterie, Xavier Rogé qu'on a pu entendre avec Darwin Case, PiXL et Ibrahim Maalouf et qui fut aussi le batteur de Wang Wei. La réunion de ces cinq musiciens n'est donc pas due au hasard.

Si l'on jette un coup d'oeil rapide sur le répertoire, on pourrait, de prime abord, avoir une impression d'éparpillement: aux côté de 5 compositions personnelles, l'une d'inspiration africaine (Goma) une autre d'inspiration arabe (ahel Al Muntanah); un Aria de Bach; Les Feuilles mortes, le classique de Kosma; Letter from home de Pat Metheny et un emprunt à Led Zeppelin, Bron-Yr-Aur de Jimmy Page. Ce serait oublier que, comme le proclame Frank Tortiller à propos de son projet Janis the Pearl, le jazz est une musique d'appropriation: peu importe la matière de départ, ce qui compte c'est la manière dont on va la traiter, l'arranger et l'orchestrer.

Ce qu'a parfaitement réalisé Emmanuel Baily, offrant au travers de ce kaléidoscope musical une image fidèle de sa personnalité au carrefour d'influences diverses. Que ce soit sur l'Aria de Bach, moment de grâce "extatique" pour reprendre le mot de Manu, sur East Coast West Coast confrontation de deux univers, Les feuilles mortes dans un arrangement et sur un rythme très original, Goma avec ses accents africains inspirés d'un voyage émouvant en RDC, Sahel Al Mumtanah, avec sa partie vocale de Khaled reprenant des vers du poète Busiri du XIIIe siècle ou cette Bossa de l'Hiver avec son rythme endiablé, on retrouve la même complémentarité de sonorités, la même complicité entre guitare et oud (avec des solos sur East Coast West Coast et Sahel), la même osmose entre clarinette et cornet à bouquin. Si le cornet à bouquin est parfois présenté comme l'ancêtre de la trompette ("ancien instrument en bois à perce conique, comprenant des trous de jeu, ainsi qu'une embouchure en bassin, comparable à celle de la trompette" dixit Jacques Siron, dans son "Dictionnaire des mots de la musique"), sa sonorité boisée est, en fait, plus proche du hautbois ou du serpent et se marie parfaitement à celle de la clarinette. De son côté, Xavier Rogé, avec sa frappe sèche, tisse des rythmes complexes qui dynamisent chacune des compositions (écoutez-le notamment sur Bossa de l'hiver). Enfin, trois plages sont dédiée à la seule guitare: , Night Stork, envol solitaire de la cigogne noire, Letter from Home et Bron Zr Aur, jolies mélodies, telles des berceuses, que Manu a souvent jouées à ses enfants.
Voilà un projet "transgenres" parfaitement abouti, une belle alliance en East Coast et West Coast, entre passé et présent.

Claude Loxhay

Article publié par jazzaroundmag


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst