Das Kapital - Vive la France (jpg)

Das Kapital - Vive la France (jpg)

D

Label Bleu / L’Autre Distribution

Par les temps qui courent, que quelques-uns crient « Vive la France » doit faire du bien outre-quiévrain.

Cet appel à l’union nationale, « Das Kapital » le lance de la lune avec cette couverture pleine d’auto-dérision où l’on voit le drapeau bleu-blanc-rouge planté sur le sol lunaire… Le volet intérieur dévoile une France surannée, nostalgique (?) où les trois musiciens prennent la pose en de Gaulle, Napoléon et Louis XIV et le texte de pochette de Jean-Jacques Rousseau n’est pas en reste qui écorne l’image de la musique française… Visiblement, Daniel Erdmann, Hasse Pouslen et Edward Perraud n’en ont cure.


© Denis Rouvre


Si le rock est mort et que le jazz l’est tout autant, que le socialisme est enterré – c’est ce qu’ils disent – l’ironie est à son paroxysme sur des reprises de « Comme d’Habitude » ou, mieux, « Born To Be Alive ». Par certains aspects, « Das Kapital » nous fera penser à « L’Ame des Poètes » par la reprise de grands thèmes de la chanson française qu’on reconnait certes facilement, mais dont les contours ondulent constamment.

Dans ce recueil issu du meilleur (surtout) et du pire, se faufilent avec bonheur de grandes choses : Ravel avec « Pavane pour une Infante défunte », Satie avec « Gymnopédie#1 »… Mais finalement quelle que soit la qualité du produit d’origine, on a l’impression que « Das Kapital » n’en a cure, Daniel Erdmann chante tout autant la mélodie sur Lully que sur Barbara, Hasse Poulsen secoue un peu le cocotier des sons et Edward Perraud, le seul Français de la triplette, prend beaucoup de plaisir et nous surprend au tournant.

Un supplément de chambardement sonore, de sauvagerie dans les improvisations m’aurait bien plu, mais c’est surtout sur scène que ce pot-pourri fransquillon trouvera toute sa saveur et sa folie.

Un album qui touche au surréalisme à la Belge, tout comme à notre sens de la dérision et de l’auto-flagellation. Chapeau bas à Charles, Louis et Napo !

© Jean-Pierre Goffin


In case you LIKE us, please click here:


Check out Jazz'halo radio: click on this logo please



our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée


Philippe Schoonbrood
(24.5.1957-30.5.2020)
foto © Dominique Houcmant

 

Special thanks to our photographers:

Petra Beckers
Ron Beenen
Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Paul De Cloedt
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Dominique Houcmant
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
José Bedeur
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Henri Vandenberghe
Iwein Van Malderen
Jan Van Stichel
Olivier Verhelst