Alain Pierre - Sitting In Some Café (JPG)

Alain Pierre - Sitting In Some Café (JPG)

A

Spinach Pie Records/IGLOO

Prendre en main le nouvel album d’Alain Pierre est déjà un voyage artistique et humain. Artistique car les magnifiques photos de Pascal Ducourant accrochent au point de ne pas s’en détacher. Aussi par la lecture du texte de Patrick qui fait d’un café une île, une musique, celle de Joni Mitchell, un parfum de vin blanc et le soleil brûlant de Tunis. Aussi le trait léger de la dessinatrice Leslie Leoni. Des mondes qui ressemblent à l’univers du guitariste, la poésie, l’imaginaire, la sensibilité… Un voyage humain aussi, car sensible Alain Pierre l’est à coup sûr, il suffit de lire sa liste sans fin de remerciements. Aurait-il choisi la guitare pour ce contact direct entre les doigts et les cordes ? Pour l’instrument qu’on tient contre soi, si près du cœur? Tout ce qu’on trouve sur la pochette et dans le livret se trouve avec autant de naturel dans la musique.

« Sitting In Some Café » ce sont des lieux de rencontres décrits avec une guitare tout simplement… Enfin, simplement ?  Il faut une sacrée maîtrise de l’instrument pour en sortir une mélodie qui a une âme sans que cela ne sente le travail et la sueur, et  Alain Pierre vit son instrument comme si il faisait partie de lui. Alors qu’il est d’usage de parler de chaque morceau séparément – il y en a onze – on a du mal ici à sortir l’une ou l’autre pièce du lot tant l’unité est belle et apaisante.

Bien sûr, il y a quelques références comme une dédicace à Ralph Towner, l’inspirateur de toujours, avec « Toboggans », à  Fawzi Chekili et Steve Houben en souvenir d’ « Anfass », sur « Café de Paris, Tunis » qu’Alain Pierre interprète sur une guitare sans frettes qui évoque les sonorités du oud.  A Barbara Wiernik, bien sûr,  dans le titre éponyme.  Au hasard des compositions et des lieux de rencontre, on entend selon l’inspiration d’Alain Pierre une touche de folk, de musique classique, de blues, et pour clôturer ce petit bijou de finesse et de lyrisme, l’apport discret et mystérieux, pleinement dans l’esprit de l’album, du fils Antoine à la caisse claire.

Faut-il dire que, passant de « La Brasserie de l’Union » à « La Brasserie Verschueren » ou au « Petit Lion »,  c’est un disque qu’on se repasse jusqu’à plus soif…

© Jean-Pierre Goffin


our partners:

Clemens Communications


Silvère Mansis
(10.9.1944 - 22.4.2018)
foto © Dirck Brysse


Rik Bevernage
(19.4.1954 - 6.3.2018)
foto © Stefe Jiroflée

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Klaas Boelen
Henning Bolte

Serge Braem
Cedric Craps
Christian Deblanc
Cindy De Kuyper

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Federico Garcia
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Herman Klaassen
Philippe Klein

Jos L. Knaepen
Tom Leentjes
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Olivier Lestoquoit
Eric Malfait
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Jean Schoubs
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Jef Vandebroek
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Donata van de Ven
Harry van Kesteren
Geert Vanoverschelde
Roger Vantilt
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke
Karine Vergauwen
Frank Verlinden

Jan Vernieuwe
Anders Vranken


and to our writers:

Mischa Andriessen
Robin Arends
Marleen Arnouts
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Federico Garcia
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Mathilde Löffler
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen
Olivier Verhelst