W.E.R.F. Label Night: une vitrine du jazz belge

Pas de festival Jazz Brugge cette année (voir l'interview de Rik Bevernage: ICI), mais, toujours au Concertgebouw, une Label Night qui reflète bien l'éclectisme du label WERF: quelques nouveaux projets et quelques "classiques".

Texte: Claude Loxhay
Photos: Annie Boedt

en collaboration avec jazzaroundmag


Pour ouvrir la soirée, à 18h.,  la grande salle accueillait le nouveau projet de Kris Defoort (album à sortir prochainement). Le pianiste brugeois avait dernièrement enregistré en solo (Live in Tokyo) et en trio, avec Nic Thys et Lander Gyselinck (Live in Bruges, Monks Dance), il accueillait ici deux invités pour un nouveau projet en quintet.  

D'une part, la vocaliste hongroise Veronika Harcsa, croisée au Budapest Music Center (elle a enregistré plusieurs albums dans son pays: Speak Low, Red Baggage ou Lifelover) et Guillaume Orti, le saxophoniste alto de Kartet mais aussi de Mâäk, MikMâäk et Octurn. De nouvelles compositions qui mettent parfaitement en valeur la complémentarité entre voix et saxophone, de belles alliances sonores, preuves d'une vraie complicité. Mais aussi un nouvel arrangement d'un thème repris à l'album Sound Plaza, gravé avec Mark Turner. Une vraie réussite, un projet parfaitement abouti.

 

A 19 h., le public avait le choix entre trois salles. Dans la salle de musique de chambre, SCHNTZL, le duo du jeune pianiste Hendrik Lazure et du batteur Casper Van De Velde, programmé au JazzTour de décembre et qui vient d'enregistrer le 140e album WERF.

Au Studio 1, le quintet de Bart Defoort, présent au dernier Jazz à Liège et dont l'album Inner Waves a été chroniqué dernièrement. Enfin, dans le Hall d'entrée, un nouveau projet avec des habitués du label: à la trompette, Jean-Paul Estiévenart (album Wanted en trio); au saxophone ténor Steven Delannoye (Here comes tomorrow de son New York Trio, avec Frank Vaganée en invité) et, à la guitare, un troisième larron d'Urbex, l'octet d'Antoine Pierre, Bert Cools (présent sur Stratocluster de Bruno Vansina). Enfin, à la batterie, le Néerlandais Mark Schilders. De belles compositions originales, avec envolées endiablées de la trompette et du saxophone, sur fond de couleurs pastels distillées par la guitare et les effets de Bert Cools. Un quartet que l'on a hâte de revoir.

 

A 20 h., retour dans la grande salle: Chris Joris présente son Home Project (album 139, Home and old stories), avec ses enfants: Naima, au chant et aux percussions; Yassin, guitare et chant; Saskia, backing vocals. Les entourent le fidèle Free Desmyter (Marie's momentum), la très solide et inventive Lara Rosseel à la contrebasse, Bart Borremans au ténor et, selon les compositions, Christophe Millet aux percussions. Au total, un certain patchwork, assemblage composite d'influences diverses.

Bien sûr, toujours la flamboyance des percussions (congas, bata, likembé, berimbau) et une touche résolument africaine (Barasowayo, Mwasi Waya, Ayiti) mais aussi, avec Naima au chant, des ballades (My Way, Both Sides Now) qui évoquent l'univers sonore de Mélanie De Biasio, ou une envolée de saxophone ténor qui rappelle la fougue de Gato Barbieri. Un univers un peu disparate, assez éloigné de l'homogénéité de ce Rainbow Country enregistré jadis avec Bob Stewart, Eric Person et Fabian Fiorini.

 

A 21 h., de nouveau trois concerts en parallèle. Dans la salle de musique de chambre, le duo intimiste de Ben Sluijs (as, fl) et Erik Vermeulen (albums Décades, Parity, Stones). Au Studio 1, le duo complice entre le chanteur Sander De Winne et Bram De Looze (album Kosmos, avec Steven Delannoye). Enfin, dans le Hall d'entrée, Ragini Trio (album 114), soit sur fond de sonorités de sitar produites par une simple box, Nathan Daems, au saxophone alto, mais aussi au ténor et à la flûte; à la contrebasse, Marco Bardoscia, aussi alerte en pizzicato qu'à l'archet (bel unisson avec le saxophone) et Lander Gyselinck, d'une précision diabolique à la batterie. Un voyage très prenant vers les musiques indiennes, au travers de mélodies envoûtantes: un gros succès auprès du public.

Un  regret cependant: l'invitation prévue lancée à Bojan Z et à la chanteuse Sawani Mugdal, vocaliste experte en musique indoustani, est remise à plus tard, lors d'un enregistrement. Autre déception: l'absence de Trio Grande, au profond regret de Michel Debrulle qui s'est cassé le poignet et va entamer ses séances de kiné. La déception est d'autant plus grande que le nouvel album n°141, Trois Mousquetaires, est enthousiasmant en diable.

 

A 22 h., retour à la grande salle pour un MikMâäk au grand complet comme sur le double album 132-33, soit avec Claude Tchamitchian à la contrebasse et Niels Van Hertum à l'euphonium, deux musiciens parfois remplacés (Marni, Jazz à Liège). Le concert démarre sur les chapeaux de roue avec le fougueux Nine de Laurent Blondiau. Toujours, cette magie d'équilibre entre bois, saxophones, trompettes et tubas. Chacun des 16 musiciens est mis en valeur, mention spéciale pour Guillaume Orti, Laurent Blondiau et surtout Michel Massot, le plus turbulent de la bande (notamment sur le facétieux Back and Force d'Andy Emler).

Au fil du concert, au travers de compositions plus complexes, plus orientées "musique contemporaine", on a senti l'ardeur du public fléchir un peu pour reprendre avec la suite Katsounine de Tchamitchian.

 

Enfin, vers 23 h., pour clore une soirée suivie par un public nombreux et enthousiaste, Compro Oro (album Transatlantic), avec Wim Segers au vibraphone et Bart Vervaeck à la guitare.

Un parfait miroir de l'éclectisme du label WERF et de sa fréquente prise de risque.


 Jazz'halo radio by
DJ Ferdinand Dupuis-Panther:

 

Facebook  

Clemens Communications

Jazz Rules Radio

De Werf

VKH Torhout

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Henning Bolte

Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Geert Vanoverschelde
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

Robin Arends
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen