Confluent Jazz Festival Namur: 14 avril 2017


Vincent Antoine - Denis Vernimmen Duo


Cette année, le festival a déménagé à Jambes, au sein de l'Espace Laloux. Vendredi 14 avril 2017, après un prélude réservé à Vincent Antoine, deux concerts en quartet.



Acte 1: le nouveau quartet international d'Igor Gehenot: Igor Gehenot Delta Quartet avec le Français Alex Tassel au bugle, une sonorité ouatée qui peut tout aussi bien s'enflammer, le Suédois Viktor Nyberg à la contrebasse, solide comme un roc et, en remplacement du Luxembourgeois Jérôme Klein, le Berchemois Jelle Van Giel à la batterie.


Igor et Alex reprennent les grands thèmes de l'album Delta (label Igloo): des ballades mélancoliques comme Sleepless Night ou Johanna, des tempos survoltés tels Moni, Starter Pack ou Step 2. Mais ils peuvent tout aussi bien reprendre un classique flamboyant du bop ou un My funny Valentine, complètement revisité.



Acte 2:
Un deuxième quartet: celui de Philip Catherine. Philip Catherine, c'est d'abord une sonorité de guitare reconnaissable entre 1000: l'art de faire chanter la note, une note qui éclot, se prolonge puis résonne comme en écho. Et puis, il y a les compositions: des mélodies au lyrisme à fleur de peau, qui s'enflamment et explosent en feu d'artifice.

Philip enchaîne les morceaux à l'instinct, à l'émotion, sans trop prévenir, avec une joie évidente de jouer. Bart Denolf, qui remplace Philippe Aerts, cherche fiévreusement ses partitions, puis se lance. Les deux jeunes assurent: Nicola Andrioli au piano, dans un équilibre parfait entre sensibilité mélodique et fougue rythmique; Antoine Pierre, sans partition mais jamais pris au dépourvu, tout en délicatesse aux balais, tout en puissance aux baguettes, comme en apesanteur aux mailloches. Philip Catherine a-t-il jamais été aussi bien entouré?

Le Bruxellois ponctue son concert d'un Dance for Victor déchaîné suivi, en rappel, par ce qu'il appelle une "simple mélodie".


Philip Catherine a croisé Mingus, Chet, Tom Harrell, Dexter Gordon, Larry Coryell, Stéphane Grappelli, Joachim Kühn, Didier Lockwood, Enrico Pieranunzi, Charlie Mariano, le BJO comme l'European Jazz Ensemble (E.L. Petrowski, Enrico Rava ou Manfred Schoof), et pourtant il reste humble: à la fin du concert, il remercie tout le monde. Ses musiciens, le public, les organisateurs, les bénévoles. Grand musicien, on n'en est pas moins homme.

Texte © Claude Loxhay  -  Photos © Robert Hansenne


 Jazz'halo radio by
DJ Ferdinand Dupuis-Panther:

 

Facebook  

Clemens Communications

Jazz Rules Radio

De Werf

VKH Torhout

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Henning Bolte

Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Geert Vanoverschelde
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

Robin Arends
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen