15 août 2016 au Jazz Middelheim

Comme chaque année, un Jazz Middelheim kaléidoscopique. Après une première journée "européenne", le 12, en compagnie du pianiste italien Ludovico Einaudi, du Polonais Marcin Wasilewski et du Luxembourgeois Pascal Schumacher; une deuxième journée, le 13, consacrée à un mélange des genres et des générations, avec Denardo Coleman célébrant son père Ornette (avec David Murray, en invité surprise), Patti Smith et l'iconoclaste ICP Orchestra; une troisième journée, le 14, très jazz belge (Mélanie De Biasio, Jef Neve, Stuff); et avec, à chaque fois, un projet différent proposé par le trompettiste Avishai Cohen, le musicien en résidence; un 15 août en apothéose.

 

A 12h.30, Craig Taborn (pianiste de Dave Douglas ou Tim Berne), en solo comme sur Avenging Angel. La main gauche plaque quelques motifs obsédants sur lesquels la droite brode un thème, souvent assez répétitif, quelque part entre Monk et Cecil Taylor. Une parenthèse personnelle: une telle performance solo convient-elle à une telle grande scène? Le jazz est fait d'interactions, entre musiciens et avec le public. Taborn est seul devant son piano, le dos tourné au public, il n'y a d'interaction que par écrans interposés...

A 14h.30, Dre Pallemaerts, sur la foulée de son album Coutances, propose un binôme parfait entre piano acoustique en cascades (Bill Carrothers) et claviers électriques ondoyants (Jozef Dumoulin). A la place de Mark Turner, on retrouve Robin Verheyen (qui a joué en quartet avec Bill Carrothers et Dre Pallemaerts), un ténor plus rugueux, plus vif. Et, en sus,  Nic Thys qui a su trouver sa place dans ce répertoire prévu sans contrebasse. Au répertoire, plusieurs thèmes de l'album: Bella Monte, Brussel-Parijs, For Anne et ce Première pensée rose de Satie, avec une belle intro de piano. Mais aussi d'autres compos jouées au soprano: Where was I?  Ou cette étrange Valse macabre de Carrothers, avec solo de batterie sur fond de jeu à l'archet.

A 16h.30, David Murray, le fondateur du World Saxophone Quartet, est bien entouré: déluge de notes en cascades de Geri Allen, dans un esprit proche de Mc Coy Tyner et batterie de feu de Terri Lyne Carrington. On retrouve pleinement Murray: puissance du jeu, complète maîtrise des (sur)aigus, technique parfaite du souffle continu au ténor et une belle sonorité à la clarinette basse. Des compositions de chacun et, en rappel, après une standing ovation largement méritée pour la générosité de chacun, en hommage à Ornette, un flamboyant Perfection.

 

A 18h.30, on découvre un Pharoah Sanders pleinement retrouvé. D'un côté, un Joachim Kuhn déchaîné, le "sturm und drang" du piano, habitué aux grandes confrontations (Ornette, Shepp, Tony Malaby). De l'autre, Zakir Hussain, ou comment faire chanter ses percussions indiennes (tablas et autres tambours ou tambourins). Pharoah Sanders, les yeux mi-clos, retrouve la puissance hypnotique de son ténor. En rappel, sur les rythmes chatoyants des tablas et l'ouragan du piano, Pharoah danse, scande, fait de l'air guitar sur son sax puis reprend un de ces thèmes obsédants qui rappelle l'époque de Trane. Standing ovation.

Sur le Club Stage,  c'est la fête à Ben Sluijs, saxophone alto allègre et flûte limpide: duo intimiste avec Erik Vermeulen; session plus nerveuse avec Manolo Cabras et Marek Patrman, la rythmique de son quartet "colemanien"; musique intériorisée avec 3/4 Peace (C.Mendoza au piano et B. Soniano à la contrebasse) et, pour clore le festival, à 20h., un quartet inédit avec Bram De Looze et Dre Pallemaerts.
Un vrai feu d'artifice... à horaire décalé.

 

Texte: Claude Loxhay
Photos: Cees van de Ven


 Jazz'halo radio by
DJ Ferdinand Dupuis-Panther:

 

Facebook  

Clemens Communications

Jazz Rules Radio

De Werf

VKH Torhout

 

Special thanks to our photographers:

Annie Boedt
Henning Bolte

Cedric Craps
Christian Deblanc

Koen Deleu
Ferdinand Dupuis-Panther
Anne Fishburn
Robert Hansenne
Stefe Jiroflée
Jos L. Knaepen
Hugo Lefèvre

Jacky Lepage
Nina Contini Melis
Arnold Reyngoudt
Willy Schuyten

Frank Tafuri
Jean-Pierre Tillaert
Tom Vanbesien
Geert Vandepoele
Guy Van de Poel
Cees van de Ven
Geert Vanoverschelde
Patrick Van Vlerken
Marie-Anne Ver Eecke

Jan Vernieuwe

and to our writers:

Robin Arends
Henning Bolte
Danny De Bock
Ferdinand Dupuis-Panther
Paul Godderis
Jean-Pierre Goffin
Bernard Lefèvre
Claude Loxhay
Etienne Payen
Herman te Loo
Georges Tonla Briquet
Iwein Van Malderen